Schneider et Legrand en baisse après leur revers judiciaire

La cotation des titres Schneider Electric et Legrand, qui avait été suspendue jeudi à l'occasion de l'annonce par la Cour d'appel de Paris de l'irrecevabilité de leur projet de fusion, a repris vendredi matin. Sans surprise, les deux valeurs parisiennes ont plongé dans le rouge. Schneider Electric a ainsi chuté de 2,10% à 72,35 euros à la clôture tandis que Legrand a perdu 3,84% sur la séance pour finir à 230,3 euros.Contre toute attente, les détenteurs d'actions à dividende prioritaire (ADP) Legrand ont obtenu gain de cause. La Cour d'appel de Paris a annulé jeudi la décision du Conseil des marchés financiers (CMF) du 24 janvier 2001 qui avait déclaré recevable l'OPE de Schneider sur Legrand. La première chambre de la Cour a estimé que la décision du CMF, qui avait été entérinée par la Commission des opérations de Bourse le 31 janvier, était insuffisamment motivée et qu'elle avait été prise sur la base d'un dossier incomplet.L'arrêt ne reprend pas totalement à son compte les arguments des porteurs d'ADP, défendus par l'Association pour la défense des actionnaires minoritaires (ADAM), mais juge que le CMF n'a pas justifié dans ses motifs la différence de traitement des actions à dividende prioritaire et des actions ordinaires de Legrand. "Les motifs (...) ne font pas apparaître en quoi il est justifié de recourir à des critères partiellement différents pour évaluer les rapports d'échange des actions ordinaires et des actions à dividende prioritaire émises par la société Legrand, ni d'appliquer celui tiré des résultats nets consolidés à la première et non à la seconde catégorie de titres", indique la Cour d'appel dans son arrêt.Schneider proposait sept de ses actions pour deux actions ordinaires Legrand et deux de ses actions pour chaque ADP, celles-ci représentant 23,8% du capital de la société limougeaude.La Cour sanctionne par ailleurs l'absence dans le projet d'offre soumis au CMF de deux pièces: la lettre de dépôt du projet et la copie du projet de note d'information soumis à la COB. La Cour estime qu'elle "n'est pas en mesure de vérifier si le CMF a exercé le contrôle prévu".Les deux sociétés concernées ont publié jeudi en fin d'après-midi un communiqué dans lequel elles ont dit prendre "acte de la décision de la Cour d'Appel" et annoncé leur intention d'examiner "les différentes possibilités créées par cette décision". Chez les professionnels, on suppose que Schneider pourrait présenter une nouvelle offre plus favorable aux porteurs d'ADP Legrand.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.