Reuters veut toujours introduire rapidement Instinet

 |  | 249 mots
Bravant la défiance qui règne chez les investisseurs, Reuters vient de réaffirmer son projet d'introduire en Bourse sa filiale de courtage électronique Instinet, se payant même le luxe de maintenir, malgré la chute de 30% du Nasdaq depuis le début de l'année, une valorisation conforme à celle évoquée il y a déjà plusieurs mois. Selon les documents transmis à la Securities & Exchange Commission (SEC) américaine, le groupe britannique d'information financière compte mettre sur le marché 14,1% du capital d'Instinet, à un prix variant de 11 à 14 dollars par action. L'opération, qui portera sur 33,925 millions de titres, devrait lui rapporter de 373 à 475 millions de dollars, valorisant Instinet entre 2,65 et 3,37 milliards de dollars. La transmission de ces dossiers aux autorités boursières américaines "nous permet de franchir une étape supplémentaire vers l'introduction en Bourse d'Instinet, que nous espérons toujours réaliser au premier semestre", précise dans un communiqué Peter Job, le PDG de Reuters. Un optimisme que ne semblent pas partager les investisseurs : la confirmation du projet a provoqué un nouvel accès de faiblesse de l'action Reuters, qui perdait 9,25% en fin d'après-midi à 775 pence. Présent sur quarante marchés boursiers dans le monde, Instinet, créé en 1969 et racheté par Reuters en 1987, a vu son chiffre d'affaires progresser de 53% l'an dernier à 804 millions de livres (1,29 milliard d'euros), soit un peu plus de 22% de l'ensemble de l'activité du groupe. Son résultat d'exploitation a augmenté de 22%, à 157 millions de livres (252 millions d'euros).latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :