France Télécom poursuit sa glissade

France Télécom a accentué jeudi sa glissade boursière. Pour sa cinquième séance consécutive de baisse, la valeur est tombée jusqu'à un plus bas de 63,3 euros en milieu d'après-midi, soit une chute de 3,79%, avant de remonter à 65 euros (-1,22%) à la clôture, alors que se déroulait l'assemblée générale de ses actionnaires. En l'espace d'un mois, le groupe de Michel Bon a vu sa valorisation boursière fondre de 17%, effaçant une bonne partie du rebond connu à la fin mars et au mois d'avril.Contrairement aux derniers jours, il ne semble pas que le recul de l'ancien monopole public soit à mettre sur le compte de la déprime des marchés financiers. L'indice CAC 40 a terminé la séance sur une légère hausse de 0,18% à 5.454,18 points, et l'indice Euro Stoxx des valeurs télécoms européennes est stable. Deux événements sont susceptibles d'avoir influencé l'action France Télécom aujourd'hui. En début de matinée, le groupe a annoncé les modalités de la cession de sa participation de 9,9% dans l'opérateur américain Sprint Fon. Sur la base d'un prix de 19 dollars par action, l'opération devrait lui rapporter 1,9 milliard d'euros en cas d'exercice de l'option de surallocation, et générer une plus-value avant impôts de 600 millions d'euros.Le montant total de la cession, et la plus-value réalisée à cette occasion par l'opérateur français, devrait donc être inférieur de 12% environ aux montants évoqués il y a deux semaines, lors de l'annonce conjointe par France Télécom et Deutsche Telekom de la cession de leurs titres Sprint. Il ne constitue pas pour autant une surprise étant donné le cours de l'action Sprint, qui s'était établi à 19,31 dollars mercredi soir.L'autre événement de la journée, c'est l'annonce par l'ART des résultats de l'attribution des licences UMTS sur le territoire français. Orange, filiale de France Télécom et leader du marché hexagonal, a logiquement été retenu par l'autorité de régulation tout comme SFR, la filiale de Cegetel. Les deux opérateurs devront acquitter près de 5 milliards d'euros pour développer leur réseau de téléphonie mobile de troisième génération, mais l'ART a recommandé au gouvernement de procéder à un échelonnement des paiements qui aurait un impact favorable sur la trésorerie d'Orange et de Cegetel.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.