Oberthur sanctionné sur l'abaissement de ses objectifs de croissance

Oberthur Card System, qui s'était cru jusqu'à présent épargné par le ralentissement de la téléphonie mobile, ne l'est plus. Le fabricant de cartes à puce, notamment de cartes SIM destinées aux téléphones portables, revoit à la baisse ses objectifs de croissance pour cette année "compte tenu des incertitudes liées à la demande des opérateurs de téléphonie mobile", annonce-t-il.Le groupe, qui jusqu'à il y a quelques semaines prévoyait une croissance de ses ventes comprise entre 25 et 30% en 2001, table désormais sur une progression de 14%. La société estime notamment réaliser un chiffre d'affaires de 224 millions d'euros pour le premier semestre, contre un objectif initial de 241 millions d'euros. Sur l'ensemble de l'année, les revenus du groupe devraient totaliser 515 millions d'euros au lieu des quelque 585 millions d'euros espérés. La nouvelle a aussitôt provoqué une vive sanction de la part des investisseurs qui font plonger l'action Oberthur de près de 30%, soit la plus forte baisse du SRD, à 11,99 euros en fin de séance mercredi. Ses concurrents Gemplus et Schlumberger, également affectés, accusent quant à eux une baisse de 3%.Si Gemplus avait dès le début de l'année prévenu les marchés que le ralentissement de l'industrie des mobiles pèserait sur ses comptes 2001, il semble qu'Oberthur Card Systems ait attendu la dernière minute pour reconnaître qu'il allait également pâtir de son exposition sur ce marché. Pourtant il se croyait mieux armé que son concurrent pour résister à cet environnement dégradé, insistant sur la "répartition équilibrée" de ses activités entre les cartes SIM, les cartes de paiement et les applications e-commerce. Le leadership dont bénéficie Oberthur sur le marché en forte croissance des cartes bancaires devait d'ailleurs lui permettre de compenser le ralentissement de la téléphonie mobile, souligne la société de Bourse Aurel Leven, qui considère l'abaissement des objectifs de croissance d'Oberthur comme une déception et s'apprête à revoir à la baisses ses prévisions de bénéfice par action (BPA).Pour l'heure, Oberthur s'attend à un recul de plus de 5% du nombre de cartes SIM produites dans le monde cette année en raison de la politique de déstockage des fabricants de téléphones portables confrontés à la baisse de la demande. Dans ces conditions, "nous tablons sur une croissance de 25% des ventes de nos cartes SIM au premier semestre mais sur une croissance nulle sur les six derniers mois de l'année", souligne Thomas Savare, Pdg du groupe.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.