Le divorce semble consommé entre Volvo et Mitsubishi Motors

 |  | 318 mots
Lecture 1 min.
Mitsubishi Motors, quatrième constructeur automobile japonais, a confirmé l'existence de discussions entre son actionnaire principal, le géant américano-allemand DaimlerChrysler, et le suédois Volvo. Les deux groupes négocient le rachat par DaimlerChrysler de la participation de 3,3% détenue par Volvo dans le capital de Mitsubishi. Selon le quotidien japonais Nihon Keizai Shinbun, cette transaction devrait être annoncée le 11 avril prochain par DaimlerChrysler à l'occasion de l'assemblée générale de ses actionnaires. Le retrait de Volvo du capital de Mitsubishi sonnerait le glas de leur projet commun de création d'une co-entreprise regroupant les activités camions et bus des deux groupes. Cette filiale conjointe devait voir le jour après la séparation par Mitsubishi Motors de ses branches poids-lourds et voitures. L'arrivée de DaimlerChrysler dans le capital du constructeur japonais en octobre dernier avait sérieusement remis en cause ce projet. Le géant de Stuttgart est un concurrent direct de Volvo sur le marché des poids-lourds, des conflits d'intérêts entre les deux groupes semblaient inévitables. En reprenant les 3,3% détenus par Volvo dans Mitsubishi, DaimlerChrysler porterait sa participation à 37,3% du capital du groupe japonais.Le retrait de Volvo pourrait précipiter un rapprochement entre le groupe suédois et Nissan Diesel, le constructeur de poids-lourds contrôlé par Nissan et Renault. Le 27 mars dernier, Louis Schweitzer, PDG du groupe français qui détient 20% de Volvo, avait estimé qu'il y a un "champ de collaboration possible entre Nissan Diesel et Volvo".Sur les marchés boursiers, les titres des constructeurs concernés réagissent de manière très variées à ces informations. A Tokyo, le titre Mitsubishi a terminé la séance en hausse de 3,52% . En milieu de matinée sur les places européennes, l'action DaimlerChrysler reste assez indifférente, perdant 0,08% à 51,31 euros. Volvo recule de 1,61%, alors que Renault, de son côté, gagne 1,47%. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :