Dernier sursis pour le pôle français de SAirGroup

 |  | 368 mots
Lecture 2 min.
SAirGroup se prépare à faire le ménage dans ses participations régionales. Après avoir annoncé ce matin une perte nette abyssale de 1,89 milliard d'euros (2,88 milliards de francs suisses) - des résultats encore plus mauvais que ne le craignaient les analystes -, la holding de tête de SwissAir prend les premières mesures qui doivent lui permettre d'assainir sa situation financière.Avec des pertes cumulées de 393 millions d'euros l'an dernier, le pôle français de SAirGroup - qui comporte des participations de 49 à 49,5% dans Air Littoral, Air Liberté et AOM - est en première ligne dans ce plan de restructuration. SAirGroup renonce dès aujourd'hui à financer la première de ces trois sociétés, qui devra donc au plus vite trouver un repreneur. D'après le groupe suisse, Air Littoral aurait actuellement les fonds suffisants pour poursuivre son activité deux mois encore. Le sort définitif d'AOM et d'Air Liberté sera annoncé le 25 avril, lors de l'assemblée générale de SAirGroup. Les trois compagnies coûtent actuellement plus de 50 millions d'euros par mois au groupe suisse.Pour la compagnie belge Sabena, le délai de réflexion courra jusqu'à l'été. SAirGroup, qui contrôle 49,5% de la compagnie belge, indique qu' "un nouveau plan stratégique sera finalisé fin avril" et qu'un "redressement substantiel est une nécessité impérative". Sabena a essuyé en 2000 une perte nette de 325 millions d'euros.La compagnie allemande LTU est moins directement concernée par le plan de restructuration. SAirGroup a annoncé qu'il comptait atteindre l'équilibre d'ici 2003 au plus tard grâce à l'aide de son partenaire REWE. LTU a perdu 224 millions d'euros l'année dernière.Pour dégager des liquidités, SAirGroup va vendre cette année sa chaîne hôtelière Swissotel, qui a dégagé un bénéfice d'exploitation de 34 millions de francs suisses l'année dernière (22,2 millions d'euros). "Les négociations sont à un stade avancé", assure la société suisse. SAirGroup espère par ailleurs vendre ses participations dans Austrian Airlines, Galileo et Equant. Enfin, le groupe devrait céder une partie de son patrimoine immobilier, pour une somme de l'ordre de 460 millions d'euros.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :