Le gouvernement britannique renfloue Railtrack

 |  | 287 mots
Lecture 1 min.
Le gouvernement britannique délivre un sérieux coup de pouce financier au groupe Railtrack. La société chargée de l'infrastructure du réseau ferré du Royaume Uni va bénéficier d'une subvention d'un milliard et demi de livres, soit 2,43 milliards d'euros, pour faire face aux conséquences de l'accident de Hatfield en octobre dernier. S'il échappe à une renationalisation, Railtrack va devoir en contrepartie accepter la nomination au sein de son conseil d'administration d'un directeur non-exécutif chargé de "défendre les intérêts des consommateurs et du public". Pour faire bonne mesure, Railtrack s'est en outre engagé auprès du gouvernement à ne verser aucun dividende exceptionnel à ses actionnaires pendant les cinq prochaines années et à lever 250 millions de livres d'ici au 31 mars 2002 par l'émission d'actions préférentielles.Le versement de cette subvention est destiné à financer les travaux de rénovation du réseau entrepris en catastrophe après le déraillement d'un train à Hatfield, près de Londres. Cet accident, dû à un rail brisé, avait fait 4 morts et des dizaines de blessés le 17 octobre 2000. Railtrack a été contraint d'entreprendre des travaux sur les voies, ce qui a provoqué de multiples retards. Les compagnies privées exploitantes du réseau ferré, forcées de rembourser les passagers mécontents de ces aléas, se sont ensuite retournées contre Railtrack pour réclamer des compensations. Dans ce contexte, le groupe confirme qu'il inscrira une "perte significative" au titre de l'exercice 2000-01, et que l'exercice 2001-02 serait "affecté par le coût des mauvaises performances" actuelles des compagnies exploitantes.A la mi-journée à la Bourse de Londres, le titre Railtrack perdait 6,40% à 643 pence. Depuis le début de l'année, l'action recule de 30%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :