KPN discute d'un rapprochement avec Belgacom

 |   |  408  mots
Plombé par un endettement colossal de 23 milliards d'euros, engagé dans un vaste programme de restructuration, KPN envisagerait-il malgré tout une fusion importante ? Selon le quotidien belge L'Echo, l'opérateur néerlandais aurait proposé au groupe semi-public Belgacom une fusion entre égaux. La proposition a été transmise par la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, précise L'Echo, ajoutant que "la procédure de 'due diligence' - au cours de laquelle les parties inspectent attentivement les données chiffrées respectives - est en cours au niveau du gouvernement" belge. Selon le quotidien économique, KPN serait prêt à faire des concessions allant jusqu'à installer le siège du nouveau groupe à Bruxelles ou à placer un Belge à sa tête.Réagissant à ces informations, un porte-parole de KPN a simplement évoqué des pourparlers exploratoires. "Nous sommes en discussions avec plus d'un partenaire et Belgacom est l'un d'entre eux", a-t-il expliqué à Reuters. Belgacom offre plusieurs qualités susceptibles d'en faire le partenaire idéal pour KPN. Outre la proximité géographique et culturelle, le groupe, encore contrôlé à 50,1% par l'Etat belge, n'est quasiment pas endetté. En cas de fusion, le nouvel ensemble améliorerait donc mécaniquement son ratio d'endettement. Outre l'Etat belge, Belgacom compte à son tour de table l'américain SBC, le danois TDC (ex-TeleDanmark) et le singapourien SingTel. Le gouvernement belge a récemment adopté une proposition de loi lui permettant de céder la participation de l'Etat ; le texte devrait être adopté avant les vacances parlementaires, qui débutent dans quelques jours.Mais les deux groupes devraient passer sous les fourches caudines de la Commission européenne, ce qui les obligerait sans doute à céder certaines activités dans la téléphonie mobile, chacun d'entre eux étant présent sur le marché de l'autre. KPN contrôle en effet le belge KPN Orange - repris à France Télécom en début d'année - tandis que Belgacom est l'un des principaux actionnaires de Ben, le plus petit des opérateurs mobiles néerlandais.Les investisseurs semblent en tout cas prendre au sérieux l'éventualité d'un rapprochement entre KPN et Belgacom : à la Bourse d'Amsterdam, l'action du néerlandais gagnait 5,4% en milieu d'après-midi à 6,06 euros après avoir bondi de 12% en début de séance. Elle a perdu la moitié de sa valeur depuis la fin mai, notamment après la publication d'informations sur la possibilité d'une augmentation de capital qui pourrait atteindre 5,5 milliards d'euros.M.A.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :