La filiale mobile d'Ericsson à l'équilibre en fin d'année

 |  | 412 mots
Lecture 2 min.
Première bonne nouvelle du semestre : le géant Ericsson, dans la tourmente des "profit warnings" et des plans sociaux depuis des mois, a annoncé que sa filiale de télécommunications mobiles, déficitaire depuis le deuxième trimestre 2000, pourrait revenir dans le vert au quatrième trimestre de cette année, malgré la série d'alertes aux résultats lancées par plusieurs acteurs du secteur ces derniers jours, à commencer par son éternel rival Nokia. Par ailleurs, le PDG du groupe, Kurt Hellstrom, a confirmé lors d'une conférence de presse sur les télécommunications à Singapour, la création d'une société commune avec Sony, le 1er octobre prochain. Baptisée "Sony Ericsson Mobile Telecommunications", elle sera détenue à parts égales par les deux partenaires. M. Hellstrom en a profité pour fait part de ses ambitions pour cette nouvelle entité, vouée à la conception et à la fabrication d'une nouvelle marque de téléphones portables. Pour Kurt Hellstrom, cette société ne devrait pas obligatoirement se limiter aux produits de téléphonie. La joint-venture a été créée pour relancer Ericsson sur le marché des combinés portables, où il est désormais largement distancé par Nokia, le leader mondial, mais aussi par Motorola et Siemens, et talonné par Samsung.Prêchant l'optimisme en dépit des alertes du marché, Kurt Hellstrom a réitéré sa confiance dans le marché de la téléphonie mobile. "En dépit du marasme actuel, nous attendons une forte croissance des abonnés au téléphone mobile. Nous tablons sur 920 à 950 millions d'abonnés dans le monde d'ici à la fin de l'année. L'industrie est très bien placée pour parvenir à un milliard d'abonnés l'année prochaine", a-t-il déclaré. Toutefois, le quatrième fabricant mondial de portables s'est refusé à tout commentaire sur les résultats financiers du deuxième trimestre que le groupe publiera mi-juillet et qui devraient se solder par de nouvelles pertes.Accusant une baisse très importante de ses ventes, notamment de la branche mobile, Ericsson a annoncé ces derniers mois plusieurs plans de restructuration portant au total sur la suppression de presque 20.000 postes sur un peu plus de 100.000 salariés. Pour le premier trimestre 2001, le groupe a publié une perte de 530 millions d'euros, après une baisse du bénéfice de 46% au quatrième trimestre 2000. A Stockolm, le titre grimpait de 0,96% à 53 couronnes à la mi-journée. A Paris, il s'adjugeait 2,30% à 5,79 euros.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :