Rumeurs de concentration dans les télécoms américaines

 |   |  393  mots
La forte baisse des cours des opérateurs de télécommunications à Wall Street semble relancer l'intérêt des opérateurs régionaux pour le marché des communications longue distance. Selon le Washington Post, qui cite des sources proches des dossiers, l'opérateur BellSouth étudierait le rachat de Sprint, présent à la fois dans la longue distance et le mobile, tandis que SBC s'intéresse à WorldCom, numéro deux américain de la longue distance derrière AT&T. Selon le quotidien américain, des pourparlers ont eu lieu il y a quelques semaines entre SBC et WorldCom, mais la conclusion d'un accord pourrait prendre plusieurs mois, même si les deux groupes restent intéressés par l'idée d'un rapprochement. Tandis que les autres entreprises citées se refusaient à tout commentaire, le PDG de WorldCom, Bernard Ebbers, a démenti hier l'existence de discussions avec SBC. Son groupe, dont la valeur a été divisé par trois en un an pour tomber à 47 milliards de dollars, est passé ainsi du statut de prédateur au statut de cible. WorldCom a en effet réalisé quelque 60 acquisitions ces dix dernières années. L'affaiblissement des opérateurs longue distance dû à la chute des valorisations boursières a été accentué par la guerre des prix sur le marché des communications longue distance, qui a laminé les marges des opérateurs et réduit leurs perspectives de croissance. A l'inverse, les opérateurs locaux bénéficient de revenus stables et surtout du contrôle du "dernier kilomètre", l'accès direct au consommateur final, qui leur permet d'offrir de nouveaux services à forte valeur ajoutée.Dernier élément favorable à la concentration : l'arrivée au pouvoir de l'administration Bush, réputée plus souple en la matière. Le Telecommunications Act de 1996 stipule qu'un opérateur régional ne peut pénétrer le marché de la longue distance qu'à condition de prouver qu'il a préalablement ouvert son marché local - et donc son réseau - à la concurrence. Malgré cela, des rapprochements sous conditions entre les deux marchés ont déjà eu lieu depuis, avec le rachat de GTE par Bell Atlantic et celui de US West par Qwest.A la mi-séance jeudi à Wall Street, l'action WorldCom gagnait 9,13% à 17,94 dollars, Sprint 6,8% à 21,96 dollars et SBC 0,76% à 42,43 dollars tandis que BellSouth cédait 2,46% à 39,65 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :