Forrester Research ne croit pas aux portails mobiles

 |  | 350 mots
Lecture 2 min.
Les portails mobiles ne génèrent pas le trafic et les revenus suffisants pour assurer leur rentabilité, estime le cabinet d'études américain Forrester Research dans sa dernière étude. Constatant que les portails WAP n'ont pas pour stratégie d'orienter leurs utilisateurs vers d'autres sites, les auteurs de l'étude préconisent donc un autre modèle de regroupement, qu'il dénomme "réseaux mobiles d'activité". "Sur le Web utilisé depuis un PC, explique Carsten Schmidt, l'un des auteurs de l'étude, les portails génèrent du trafic parce que les utilisateurs en ont besoin ; mais par contraste, les portails ne joueront pas le même rôle dans l'Internet mobile parce que les habitudes d'utilisation diffèrent sensiblement. Les utilisateurs de l'Internet mobile n'ont ni le temps, ni l'intérêt, ni des besoins suffisants pour passer du temps à surfer depuis les portails WAP". Principale conséquence de cette modification des usage : les portails mobiles ne parviendront pas à attirer les rentrées publicitaires et le partage de revenus nécessaires à leur rentabilité. Pour Forrester, à terme, "seuls les plus gros portails d'opérateurs survivront ; les portails Web existants parviendront à contenir leurs coûts, les purs portails mobiles disparaîtront et les portails en marque blanche se feront absorber". Pour générer du trafic, les sites mobiles doivent donc se regrouper en "réseaux mobiles d'activité" selon les termes de Forrester, autrement dit en communautés d'intérêts autour de thèmes précis, comme les sports ou les voyages d'affaires. "Les membres d'un réseau noueront des relations avec moins d'une douzaine d'entreprises et ne proposeront qu'un ou deux liens à la fois", précise l'étude."Au fur et à mesure de l'apparition des réseaux mobiles d'activité, les opérateurs acquéreront un rôle central et pourront facturer à leurs partenaires une redevance par clic", assure Carsten Schmidt. Mais il souligne que, pour réussir, les régies publicitaires et leurs affiliés devront "concevoir des tarifs ne dépendant pas des volumes massifs auxquels ils sont habitués sur le Web".latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :