Le patron de Sonera démissionne

 |  | 415 mots
Alors que des rumeurs de fusion se sont récemment intensifiées entre Telia et Sonera, Kaj-Erik Relander, le directeur général (CEO) du groupe finlandais, a surpris les marchés aujourd'hui en annonçant sa démission, qui prendra effet le 1er août prochain. "La décision de M. Relander a été pour moi une surprise. Personnellement, j'aurais souhaité qu'il reste. Mais il a pris une décision, que je comprends et respecte", a déclaré dans un communiqué le président de Sonera, Tapio Hintikka.Kaj-Erik Relander avait fait l'objet de critiques en raison des investissements de plusieurs milliards de dollars faits dans les licences de troisième génération en Europe. C'est pour le premier opérateur finlandais, qui compte 2,3 millions d'abonnés mobiles et 700.000 à ses services de téléphonie fixe, la deuxième démission en quelques jours. Vendredi dernier, le vice-président en charge des activités mobiles du groupe à l'international et du portail Internet Plaza, Harri Hollnem, avait également annoncé son départ de la société, qui est encore détenue à 53% par l'Etat. Ces démissions interviennent au moment où les discussions de rapprochement semblent reprendre entre Sonera et un autre opérateur scandinave, le suédois Telia. Des sources proches du dossier ont confirmé à Reuters vendredi que les deux sociétés étaient en passe de parvenir à un accord, mais qu'elles devaient encore s'entendre sur les termes financiers de l'opération. Selon des informations provenant de la presse scandinave, le nouveau groupe créé réaliserait 75 milliards de couronnes de chiffre d'affaires, soit 8,06 milliards d'euros.Sonera avait annoncé pour 2000 un chiffre d'affaires en hausse de 11% à 2,05 milliards d'euros et un résultat courant imposable en hausse de 272 %, à 1,85 milliard d'euros, grâce notamment à la réalisation de 1,5 milliard de plus-values. Hors plus-values, le résultat courant est en baisse de 34,8 % à 310 millions. Des résultats jugés décevants par les analystes, en raison des coûts exorbitants payés par le groupe pour ses deux licences UMTS, en Allemagne et en Espagne. Telia a réalisé en 2000 un chiffre d'affaires de 6 milliards d'euros.Telia a déjà montré son intérêt pour les marchés scandinaves limitrophes. Le suédois avait tenté à plusieurs reprises de mettre la main sur le danois Telenor. Malgré deux échecs dans les tentatives de fusion en 1999, le suédois ne perdrait pas l'espoir de faire aboutir les discussions.En clôture à la Bourse d'Helsinki, l'action Sonera perdait 7,64% à 9,94 euros.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :