Trois mois de sursis pour AOM-Air Liberté

 |  | 204 mots
Lecture 1 min.
Les appareils du groupe Air Liberté, qui rassemble désormais les compagnies AOM et Air Liberté, devraient continuer de voler encore quelques temps. Le tribunal de commerce de Créteil a prononcé la mise en redressement judiciaire d'AOM-Air Liberté, avec une période d'observation de trois mois. Selon l'avocat du comité d'entreprise des deux compagnies, cinq filiales du groupe seraient également concernées par cette mesure. Cette décision permet à AOM-Air Liberté d'éviter la liquidation judiciaire, et donc de poursuivre une activité. Pour Serge Monnin, représentant du comité d'entreprise, le délai de trois mois accordé par la justice consulaire "permettra des projets de reprises". Certains experts avaient estimé avant cette décision que le redressement judiciaire serait de nature à favoriser la reprise "par appartements" de la compagnie ; plusieurs candidats comme Nouvelles Frontières (Preussag), le Club Méditerranée ou encore la compagnie à bas tarifs EasyJet se sont d'ailleurs déclarés intéressés par certaines activités.Le deuxième pôle aérien français a déposé son bilan vendredi dernier, ses deux actionnaires, Swissair Group et Marine Wendel, ayant refusé de débourser les deux milliards de francs nécessaires au sauvetage de l'entreprise.avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :