BNP Paribas grimpe de 5% après ses trimestriels

A tout seigneur, tout honneur. Il revenait à BNP-Paribas, la plus importante banque française cotée, d'ouvrir le bal des résultats trimestriels dans le secteur bancaire. Et la surprise est plutôt bonne pour l'établissement de Michel Pébereau. La déprime des marchés financiers laissait craindre une contraction des bénéfices par rapport à un premier trimestre 2000 euphorique pour les Bourses mondiales. Elle a bien eu lieu mais BNP Paribas a réussi à compenser, au moins partiellement, la chute de ses bénéfices en banque d'investissement et de financement par la bonne tenue de ses activités de banque de détail.Finalement, le groupe bancaire limite à 7,1% le recul de son résultat net au premier trimestre. Sur les trois premiers mois de l'année, BNP Paribas a donc dégagé un bénéfice de 1,252 milliard d'euros contre 1,348 milliard d'euros une année auparavant. C'est nettement mieux que ce qu'attendaient les analystes: d'après un consensus établi par Reuters avant la publication des résultats, ceux-ci prévoyaient pour BNP Paribas un bénfice de 1,1 milliard d'euros. Autre bonne nouvelle, le résultat brut d'exploitation est en très légère progression à 1,730 milliard d'euros (+3,0%), reflétant la bonne maîtrise des coûts au sein de l'établissement. Le produit net bancaire (PNB), qui sert de mesure du chiffre d'affaires pour les groupes bancaires, s'est pour sa part établi à 4,48 milliards d'euros, en hausse de 5,8%.Ces bonnes performances reflètent une réalité contrastée. Le pôle banque de financement et d'investissement, très en vue au premier trimestre 2000, a fait les frais de la morosité des marchés financiers. "Dans un contexte moins porteur", explique BNP-Paribas, "ce pôle d'activité a réussi à réaliser un produit net bancaire de 1,69 milliards d'euros, en baisse de seulement 6,6%". Les bénéfices qu'il dégage sont par contre en repli de plus de 20% à 665 millions d'euros avant impôts.Le pôle "banque privée, gestion d'actifs, assurances et titres" a lui aussi souffert du contexte défavorable des marchés d'actions. La croissance de cette activité s'est ralentie, même si son produit net bancaire progresse de 9,5% à 578 millions d'euros. Avant impôts, cette branche a affiché un résultat de 227 millions d'euros au 1er trimestre 2001, en recul de 7,3%.La bonne nouvelle vient de la banque de détail, dont les recettes (PNB) ont progressé de 9,5% à 2,138 milliards d'euros pour un bénéfice avant impôts de 600 millions d'euros (+4,2%).Malgré ces performances rassurantes, BNP Paribas se veut prudent pour l'avenir. Commentant les résultats de son groupe, Michel Pébereau a indiqué que "comme le montre l'expérience, il n'est pas réaliste dans nos métiers d'extrapoler les résultats du premier trimestre pour évaluer ceux de l'exercice. En outre, cette année, la conjoncture économique et financière des trois prochains trimestres paraît particulièrement difficile à prévoir". Ce bémol n'empêche par le marché boursier de saluer les performances de BNP Paribas, dont l'action a grimpé de 5% à 99,80 euros à la clôture jeudi. Depuis le 1er janvier, elle affiche un gain de plus de 6% et se situe tout près de son sommet annuel du mois d'avril (102,5 euros).latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.