Heinz, le géant du ketchup, lance une alerte sur ses résultats

2 mn

La dernière société à succomber à la vague des "profit warnings" n'appartient à aucun des secteurs sinistrés de la nouvelle économie. Heinz, le fabricant du ketchup du même nom, revendique au contraire ses traditions, qu'il met en valeur comme un argument publicitaire pour vendre son célèbre condiment rouge. Cette société créée en 1869 n'en a pas moins dû se résoudre à réviser à la baisse ses perspectives pour le 1er trimestre de son exercice 2001/2001 à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels.Heinz, qui a déjà vu ses profits se contracter de 18% au cours de son quatrième trimestre 2000/2001, achevé le 2 mai dernier, prévoit un bénéfice de 60 à 62 cents par action pour les trois premiers mois de l'année en cours, alors que les analystes tablaient en moyenne sur un résultat de 65 cents par action (consensus First Call). Pour expliquer sa contre-performance, Heinz indique que l'appréciation du dollar, conjuguée au coût élevé de l'énergie et à un ralentissement de ses ventes à la restauration rapide aux Etats-Unis devrait de nouveau peser sur ses résultats, comme cela a déjà été le cas au quatrième trimestre 2000/2001.Heinz a également annoncé jeudi une forte contraction de ses bénéfices pour le trimestre achevé le 2 mai. Sur les trois derniers mois de l'exercice 2000/2001, le groupe agro-alimentaire a dégagé un bénéfice de 53 cents par action, hors éléments exceptionnels, contre 63 cents une année auparavant. Pour l'ensemble de son année fiscale, Heinz a par contre enregistré une très légère hausse de ses bénéfices, à 2,55 dollars par action contre 2,52 dollars en 1999/2000. La société espère d'ailleurs maintenir une croissance de ses bénéfices cette année puisqu'elle vise un bénéfice par action compris entre 2,70 et 2,80 dollars, ce qui est conforme aux prévisions des analystes.En mars dernier, à l'occasion de la présentation de ses résultats du troisième trimestre, Heinz avait déjà annoncé la mise en oeuvre d'un programme de restructuration visant à améliorer ses ratios de rentabilité. La société avait notamment décidé la réduction de ses capacités de production dans le thon et la nourriture pour animaux, ce qui s'est traduit par la suppression de 2.000 emplois (4% des effectifs). Elle espère ainsi réduire de 25 millions de dollars ses charges opérationnelles en 2001/2002. Ce programme de restructuration s'est traduit par une charge exceptionnelle de 300 millions de dollars dans les comptes du quatrième trimestre.latribune.f

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.