Les perspectives d'Havas Advertising inquiètent

La confiance s'effrite quelque peu chez Havas Advertising. Le groupe de communication, qui annonçait en mars dernier des objectifs ambitieux pour les exercices 2001/2003, commence à subir les conséquences d'un ralentissement américain plus brutal que prévu. Au premier trimestre 2001, la société d'Alain de Pouzilhac a dû se contenter d'une croissance de sa marge brute de 7,9% à 545,2 millions d'euros à données comparables. C'est sensiblement moins que la progression affichée au cours de l'exercice 2000 (+13,8%) et moins également que l'objectif de croissance organique que s'est fixé le groupe pour l'année en cours et les deux années suivantes (10 à 15%).Toutes les zone d'implantation d'Havas Advertising ont vu leur croissance organique ralentir au cours des trois premiers mois de l'année, à commencer par l'Amérique du Nord où elle n'a été que de 5,0% contre 6,3% au cours de l'exercice 2000. Mais l'Europe n'est pas à l'abri. Si la progression de la marge brute reste confortable (+10% à données comparables), elle est sensiblement moins élevée qu'en 2000 (+17,4%). De même en Asie-Pacifique où le taux de croissance organique est passé de 14,4% l'année dernière à 5,1% au 1er trimestre 2001.Face à ce tassement généralisé du marché publicitaire mondial, Havas Advertising opte aujourd'hui pour la prudence. "Sur le marché américain, il est difficile de donner une tendance pour le reste de l'année 2001, compte tenu du ralentissement économique et du manque important de visibilité dans certains secteurs, comme en particulier la high tech et les télécommunications", explique le quatrième groupe mondial de publicité. Havas Advertising n'en confirme pas moins ses objectifs sur la période 2001-2003, à savoir une croissance organique comprise entre 10 et 15% et une marge opérationnelle en amélioration.Les investisseurs n'en sont pas rassurés pour autant. Mercredi, le titre Havas Advertising a perdu 2,67% à 14,6 euros. Depuis le début de l'année, il porte son recul à 5,2%, une performance qui reste toutefois légèrement meilleure que celle du CAC 40 (-7,33%). En 2000, confrontée aux craintes de ralentissement du marché publicitaire, l'action Havas Advertising avait perdu plus d'un quart de sa valeur.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.