Paris en nette baisse dans l'attente de la Fed

La Bourse de Paris est nettement orientée à la baisse, dans des volumes peu étoffés, après une progression de 2,05% la semaine dernière favorisée par la baisse surprise des taux de la BCE. En repli de 0,79% à l'ouverture, le CAC 40 creuse ses pertes, alors que l'incertitude sur la baisse des taux américains pèse sur le marché à la veille de la réunion de la Réserve fédérale. Vers 11h55, l'indice abandonne 1,60% à 5.478,20 points, tandis que le Nouveau Marché perd 0,67% à 1.807,99 points. L'attentisme prévaut également sur les autres places européennes : Londres abandonne 1,27% à 5.822 points, Francfort 1,48% à 6.050,21 points et l'EuroStoxx 50 1,46% à 4.414,32 points.Les derniers indicateurs américains ont désorienté les investisseurs vendredi. La hausse plus forte que prévu de 0,8% des ventes au détail en avril et le rebond de l'indice de confiance des consommateurs établi par l'Université du Michigan (estimé en mai à 92,6 contre 88,4 en avril et 87,6 attendu) ont entraîné une certaine confusion dans la perception de l'économie américaine après les mauvais chiffres de l'emploi et de la productivité publiés quelques jours avant. Désormais l'attitude de la Fed n'apparaît plus aussi prévisible et les analystes sont partagés entre une nouvelle baisse de 50 points de base ou une possible pause de la banque centrale dans sa campagne de réduction des taux d'intérêt. Face à cette incertitude, la nervosité sur les marchés persiste. Alors que la semaine sera non seulement riche en indicateurs économiques de part et d'autre de l'Atlantique, mais aussi en publications de résultats d'entreprises (K-Mart, Gap, Hewlett-Packard, Dell, Applied Materials), la décision des banquiers centraux américains et les commentaires d'Alan Greenspan seront déterminants. LES VALEURS DU JOUR A PARISChiffres trimestriels et assemblées générales continuent de faire l'actualité des entreprises, tandis que la quasi-totalité des valeurs du CAC 40 cède du terrain. Dans le sillage du Nasdaq, le repli des technologiques plombe l'indice. France Télécom perd 2,1%, Bouygues 3,06%, Alcatel 2,9%, Dassault Systèmes 2,6% et STMicroelectronics 1,6%.Dans les médias, NRJ Group chute de 14,1% à 23,24 euros, affecté par la prévision d'une "baisse relative du résultat d'exploitation" sur le premier semestre et sur l'ensemble de l'exercice 2000/2001. "Le message est extrêmement négatif, il y a encore de mauvaises nouvelles à venir", juge un analyste interrogé par l'AFP. Lagardère décroche de 2,28% à 64,20 euros, le marché étant déçu par la progression de seulement 0,6% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à 2,97 milliards d'euros. TF1 perd 3% à 40,73, également touché par sa guerre d'audience avec M6 (-3,22% à 31,21). En outre, MSDW a abaissé ses prévisions de bénéfice par action pour 2001 et 2002 pour TF1. LVMH (-2,45% à 67,80 euros), qui réunit son assemblée générale aujourd'hui, a confirmé prévoir une hausse à deux chiffres de son chiffre d'affaires et de son résultat d'exploitation, mais s'attend à un premier semestre plus difficile en raison de la crise en Asie. Les analystes indiquent que les chiffres d'Axa (-1,46% à 134,70 euros) sont sans surprise et notent simplement que la compagnie d'assurance a connu une activité contrastée sur les trois premiers mois de l'année. Ils attendent d'en savoir plus lors d'une conférence téléphonique organisée par le groupe à 15 heures. Aventis recule de 1,7% à 84,30 euros, tandis que les investisseurs prennent leurs bénéfices dans l'attente d'une autorisation pour la vente sans ordonnance aux Etats-Unis de son médicament anti-allergies Allegra. Sanofi-Synthélabo (-0,7% à 69,50 euros) reste sous pression dans l'attente de la poursuite de ventes sur les prochains mois par TotalFinaElf, qui détient encore 30,4% du capital. GFI Informatique (-4,3% à 26,4) a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 28,4% à 146,4 millions d'euros (croissance organique de +13,2%). Le groupe d'ingénierie et de conseil informatiques précise que la croissance du résultat du trimestre "est au moins égale à celle du chiffre d'affaires". Wargny réitère sa recommandation d'achat sur Renault (+0,9% à 60,65 euros), avec un objectif de cours de 85 euros. Après des informations parues dans la presse, le bureau d'analystes pense que Nissan versera un dividende de 90 millions d'euros à Renault, montant supérieur aux précédentes anticipations. Il garde inchangées ses prévisions de résultats sur Renault, avant la publication, jeudi, des comptes annuels de Nissan.par Victoire Multiméd
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.