Début de cotation en fanfare pour le "nouvel" Equant

3 mn

La galaxie France Télécom s'est enrichie d'une nouvelle filiale cotée vendredi. Après l'introduction de Wanadoo en juillet 2000, celle d'Orange en février 2001, l'opérateur historique dispose dorénavant, avec l'acqusition d'Equant, d'un troisième véhicule boursier. L'accord intervenu le 20 novembre dernier entre la Sita, l'actionnaire de référence d'Equant, et France Télécom est aujourd'hui entré en application, permettant au groupe de Michel Bon de s'octroyer 54,3% du capital de la société de télécommunications d'entreprise.L'accueil des investisseurs a été excellent. L'action Equant a fini la séance à 21,24 euros, en hausse de 9,77% par rapport au cours de référence retenu par Euronext pour la reprise de cotation (19,35 euros). Cette progression ne peut toutefois être mise avec certitude sur le seul compte des perspectives du "nouvel" Equant. Il est également possible qu'une partie de la hausse soit d'ordre technique, reflétant un ajustement de la valorisation par rapport au cours de référence retenu par Euronext.Car l'opérateur de la Bourse de Paris a dû, pour calculer un seuil de référence, estimer la valeur du certificat de valeur garanti (CVG) jusqu'à présent attaché aux actions Equant et qui a été détaché vendredi. Euronext a retenu une valeur de 10,8 euros pour ce CVG, mais il se pourrait bien que les investisseurs jugent ce prix élevé. Le suspense sera levé dès lundi pour la première journée de cotation de ces certificats, qui donnent à leur titulaire le droit de recevoir, dans trois ans, un règlement en numéraire égal à la différence entre le cours moyen de l'action Equant précédant cette date et 60 euros au cas où cette différence serait négative.Pour obtenir le contrôle d'Equant, France Télécom a par ailleurs racheté les 68 millions d'actions auparavant détenues par la fondation Sita, qui regroupe les grands transporteurs aériens mondiaux. La transaction a été effectuée en totalité par échange de titres, avec une parité de 2,2 actions Equant pour une action France Télécom. Sur la base du cours de l'action France Télécom vendredi après-midi (57,2 euros), le montant de cette transaction s'établit à 1,77 milliard d'euros pour l'opérateur. La fondation Sita cèdera progressivement, au cours des sept prochains mois, les 30,9 millions de titres France Télécom reçus dans le cadre de l'opération.Parallèlement, France Télécom a transféré à Equant les activités de Global One dans la transmission de données pour les entreprises, en échange de 80,6 millions d'actions Equant nouvellement émises, conformément à l'accord signé en novembre dernier. Enfin, France Télécom a obtenu 10 millions de nouvelles actions préférentielles convertibles en échange d'un apport d'un milliard de dollars en numéraire. Ces titres seront automatiquement convertis en actions ordinaires en 2006.D'après Didier Delépine, président du "nouvel" Equant, l'opérateur devrait dégager un chiffre d'affaires cumulé de 3 milliards de dollars. Il ambitionne de porter ces revenus à 5 milliards de dollars en 2004, ce qui représenterait un taux de croissance annuel moyen de 18,6%. En terme d'excédent brut d'exploitation (Ebitda), l'entreprise s'est fixé pour objectif un montant "supérieur à 1 milliard de dollars" d'ici 2004. Equant, qui présente aujourd'hui une capitalisation de 6 milliards d'euros environ, se paie donc un peu plus de cinq fois l'Ebitda attendu pour 2004.latribune.f

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.