«Les services collectifs français déjà bien valorisés»

« La Tribune ». Etant donné le contexte actuel favorable aux valeurs défensives, les « utilities » vous semblent-elles bien valorisées ?Charles-Henri de Mortemart. Le manque de lisibilité économique actuel devrait militer en faveur d'une surpondération des utilities. Toutefois, ces valeurs ont réalisé une bonne performance depuis quelques mois. En effet, le marché anticipe toujours. Ainsi, les utilities sont des valeurs que les investisseurs achètent quand ils anticipent un ralentissement économique et non pas quand apparaît la faiblesse de l'économie. Je ne m'attends donc pas à une surperformance des utilities dans les douze mois à venir étant données les valorisations actuelles. Le PER 2001 (price earning ratio ou cours sur bénéfices) des deux grands acteurs français, Suez et Vivendi Environnement, sont compris entre 20 et 21 aujourd'hui, pour une croissance respective de 11 % et de 14 % du résultat opérationnel en 2001.Suez et Vivendi Environnement conservent-ils une décote sur leur actif net réévalué (ANR) ?J'estime l'ANR de Vivendi Environnement à 49 euros par action et celui de Suez à 215 euros par titre. Le marché n'applique pas de décote sur le premier alors qu'elle atteint 25 % pour le second. Vivendi Environnement est un véhicule « pur », totalement dédié aux services à l'environnement alors que Suez détient toujours des participations dans la communication, ou dans le bancassureur Fortis. La décote de holding dont pâtit Suez peut aussi s'expliquer par le manque de clarté de la stratégie.Cette décote est-elle appelée à se réduire, selon vous ?Elle pourrait se réduire à 10 % au cours des mois qui viennent. D'une part parce que le groupe a décidé de réduire la voilure dans la communication : la prise de participation de Suez dans Europ@web ne sera que de 18 % contre 30 % prévus initialement et Suez pourrait même céder certains actifs dans la communication. D'autre part, parce que les doutes sur la stratégie vont progressivement s'estomper avec le respect par le groupe de ses objectifs. Ce qu'il a d'ailleurs commencé à faire en annonçant que son chiffre d'affaires pour le premier trimestre 2001 sera supérieur à 10 milliards d'euros.Propos recueillis par Guillaume de Caligno
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.