Le CAC 40 victime de prises de bénéfices

Affectée par les pertes du Nasdaq hier et effaçant une partie des gains consécutifs à la baisse surprise des taux de la Banque centrale européenne, la Bourse de Paris cède un peu du terrain gagné hier. A la mi-journée, le CAC 40 baisse de 0,22% à 5.593,92 points, tandis que l'indice du Nouveau Marché affiche un gain de 0,36% à 1.825,26. Le volume d'échanges totalise 1,4 milliard d'euros sur les valeurs éligibles au SRD. L'indice, qui avait débuté la séance sur une baisse de 0,46%, a ensuite entamé une reprise à partir d'un plus-bas de 5.566,60 points pour atteindre en fin de matinée le point d'équilibre, avant de se replier. Selon des intervenants, le CAC devrait s'effriter au cours d'une séance très calme, au lendemain du franchissement des 5.600 points. "Je prévois un petit retour dans les jours qui viennent. De toute façon, en l'absence de direction claire, le Cac a tendance à se maintenir dans la marge 5.350-5.600", commente un trader interrogé par Reuters. Le marché cherche à mesurer la portée de la baisse surprise de 25 points de base des taux de la BCE. KBC Securities continue à croire qu'une "deuxième vague de baisse doit avoir lieu avant de repartir sur un mouvement de rebond technique".Globalement, les places boursières européennes faiblissent sous la conduite des valeurs de la technologie, la progression des contrats sur indices américains ne permettant pas de faire oublier une série de résultats négatifs des sociétés. Vers midi, l'Euro Stoxx 50 des valeurs vedettes de la zone euro perd 0,16%, alors que le Footsie des cent principales valeurs britanniques cède 0,17%. La Bourse de Francfort progresse en revanche de 0,18%. "La reprise de jeudi n'avait rien de convaincant et les informations de société n'inspirent simplement pas", commente un opérateur interrogé par Reuters. En outre, l'annonce que l'inflation en Allemagne a atteint en avril son plus haut niveau depuis février 1994 pèse également sur le marché.L'attention est désormais tournée vers la Réserve fédérale américaine, qui devrait logiquement abaisser ses taux lors de sa prochaine réunion, mardi. Les investisseurs attendent de voir si les statistiques des prix à la production et des ventes au détail, qui seront publiées à 14h30, confirmeront cette hypothèse. Les ventes au détail devraient progresser de 0,2% et les prix à la production de 0,4%. L'indice de confiance de l'Université du Michigan est pour sa part attendu à 16 heures. VALEURS DU JOUR A PARISDes prises de bénéfices sur les télécoms pèsent sur la cote. France Télécom perd 2,04% à 71,90 euros et Orange 1,15% à 11,22 euros. UBS Warburg est à "conserver" sur les deux valeurs avec des objectifs de cours respectifs de 63 et 13 euros. Dans le même secteur, Bouygues cède 0,52% à 48 euros, Alcatel 0,57% à 38,22 euros. Le secteur informatique est également mal orienté : Business Objects abandonne 2,27% à 40,85 euros, Dassault Systèmes 2,79% à 54 euros et Atos 2,53% à 96,40 euros.La baisse des taux profite aux valeurs bancaires : Crédit Lyonnais s'adjuge 2,82% à 43 euros, BNP Paribas 0,10% à 99,90 euros et Société Générale 0,95% à 68,80 euros. Dresdner Bank cède en revanche 1,17% à 50,60 euros à la suite de la publication de résultats trimestriels plus faibles que prévu.Le secteur automobile est ferme avec des gains de 3,21% à 59,55 euros pour Renault, après l'annonce qu'il compte gagner des parts de marché en 2001 et qu'il a vendu 100.000 exemplaires de la nouvelle Laguna entre janvier et avril. Son concurrent Peugeot prend 1,53% à 318,80 euros, Faurecia 1,90% à 59,10 euros et Michelin 0,26% à 38,70 euros. Valeo abandonne en revanche 0,82% à 49,84 euros. Le réassureur Scor bondit de 6,44% à 50,058 euros, après la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 38%.Le voyagiste en ligne Amadeus progresse de 1,76% à 7,53, suite à la progression de 7,9% de son bénéfice net, après exceptionnels, au 1er trimestre, à 54 millions d'euros. Le groupe de restauration Elior (-1,36% à 13,02 euros) annonce la cession par certains de ses actionnaires d'un maximum de 17,1 millions d'actions représentant environ 16,6% de son capital ainsi qu'un projet d'émission d'obligations à options de conversion ou d'échanges en actions nouvelles ou existantes (Océanes) pour un montant de 130 millions d'euros pouvant être augmenté de 15%. Infogrames, éditeur de jeux vidéo, cède 3,05% à 20,68 euros, après l'annonce d'un chiffre d'affaires de 139,5 millions d'euros (+12%) pour le troisième trimestre de son exercice, clos le 31 mars. par Victoire Multiméd
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.