Plombé par les "profit warnings", le Nasdaq retombe sous les 2.000 points

 |  | 363 mots
Lecture 2 min.
Dans un marché déjà fébrile, les "profit warnings" de Nortel Networks et de JDS Uniphase, deux entreprises phares du marché des équipements de réseaux, ont renvoyé le Nasdaq sous le seuil psychologique des 2.000 points. Vendredi, moins d'une heure après l'ouverture des échanges, l'indice Composite est tombé jusqu'à 1.992,39 points (-2,54%). En six séances, toutes négatives, le baromètre de la high-tech américaine a perdu environ 12%.Après un nouvel avertissement sur ses bénéfices, le numéro un mondial des composants optiques JDS Uniphase est en chute libre (-20,35% à 11 dollars). Cette ancienne star de la nouvelle économie a perdu plus de 90% de sa valeur par rapport à son sommet des 52 dernières semaines (140,5 dollars). Dans son sillage, le géant des routeurs Internet Cisco Systems dégringole de 4,85% à 16,88 dollars.Même s'il n'est pas coté sur le Nasdaq, le canadien Nortel Networks pèse lourdement sur le moral des investisseurs en début de séance. L'équipementier télécoms, qui prévoit une perte colossale de près de 20 milliards de dollars pour son deuxième trimestre, a annoncé vendredi qu'il n'envisageait pas de reprise nette de son secteur d'activité avant la mi-2002 (voir article ci-contre). Son action, cotée sur le New-York Stock Exchange, s'effondre de plus de 15% en début de séance.Microsoft, la troisième valeur la plus échangée sur le Nasdaq après Cisco et JDS Uniphase, souffre pour sa part de rumeurs de "profit warnings", qui font plonger son cours de Bourse de près de 4% à 16,88 dollars. Un porte-parole du numéro un mondial des logiciels a indiqué que la société ne souhaitait pas commenter ces spéculations.La seule bonne nouvelle pour les valeurs high-tech aujourd'hui est à rechercher dans les statistiques macro-économiques publiées avant l'ouverture de Wall Street. En confirmant que les tensions inflationnistes restent faibles, alors que l'activité industrielle continue de s'enfoncer dans la récession, elles ont renforcé l'hypothèse d'une nouvelle forte baisse des taux d'intérêt à la fin du mois. Les sociétés high-tech, très consommatrices de capitaux, ne pourraient qu'applaudir une telle décision.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :