Les investisseurs suspendus à la décision de la Fed

 |   |  519  mots
C'est l'attentisme qui domine sur les marchés financiers à quelques heures de la décision de la Réserve fédérale. Les banquiers centraux américains, qui se réunissent depuis mardi, diront à 20h15 (heure de Paris) de combien ils baissent leurs taux d'intérêt. Car il fait peu de doute qu'ils décideront ce soir un nouvel assouplissement de la politique monétaire américaine, le sixième depuis le début de l'année. Le débat, par contre, fait rage sur l'ampleur de la baisse des taux.Equitablement partagés depuis plusieurs jours entre une baisse de 25 et de 50 points de base, les analystes attendent avec une certaine angoisse le verdict de la Fed. Hier, les partisans d'une baisse limitée des taux ont trouvé de nouveaux arguments dans la publication d'un indice de confiance des consommateurs en hausse pour le deuxième mois consécutif aux Etats-Unis (voir article ci-contre). Economiste à la Société Générale, Hervé Monet estime que "la Réserve fédérale doit aujourd'hui procéder par petits pas pour préparer les marchés à une stabilisation prochaine de sa politique monétaire". Pour l'expert, les conditions sont d'ores et déjà remplies pour permettre un rebond de l'économie américaine d'ici la fin de l'année. "L'assouplissement des conditions de crédit, conjugué aux allègements fiscaux et à la fin des ajustements de stocks, devrait favoriser un retour de l'économie à un taux de croissance de l'ordre de 3% au quatrième trimestre", estime-t-il. Mais tous les analystes ne partagent pas cet optimisme. Certains s'inquiètent de plus en plus ouvertement des risques de récession de la première économie mondiale. Après deux trimestres de quasi stagnation (+1% au quatrième trimestre 2000 et +1,3% au premier trimestre 2001), la croissance pourrait bien virer au rouge dès le deuxième trimestre si la consommation des ménages ne confirme pas sa bonne résistance. Dans ces conditions, la Fed aurait tout intérêt à poursuivre la baisse agressive de ses taux d'intérêt afin de donner un ballon d'oxygène à un système économique menacé par le manque de liquidités.Dans l'incertitude, les marchés financiers optent pour la prudence. Mercredi, en fin d'après-midi, les investisseurs hésitent à prendre des positions, que ce soit sur les actions, les obligations ou les devises. Les grands indices boursiers européens ont fini la séance sur une note mitigée après avoir passé l'essentiel de la séance autour de l'équilibre. A Wall Street, le ton est modérément positif peu après 18h. Sur les marchés de taux d'intérêt, c'est quasiment le statu quo. Le rendement de l'emprunt du Trésor américain à dix ans se détend légèrement après avoir subi d'importantes prises de bénéfices hier dans le sillage du rebond de la confiance des consommateurs. Sur le marché des changes, le dollar fait preuve d'une bonne résistance tant face à l'euro que contre le yen. Ses gains sont toutefois limités.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :