La Bourse de Paris met fin à six séances de baisse

 |  | 673 mots
Lecture 3 min.
La Bourse de Paris s'est livrée lundi à une reprise technique dans le sillage du Nasdaq. Le CAC 40 a ainsi terminé en hausse de 1,73%, repassant au-dessus du support des 5.400 points, à 5.415,10 points sous la houlette des TMT. En séance, l'indice vedette a évolué dans une fourchette comprise entre 5.341,92 et 5.429,79 points. Quelque 8,2 milliards d'euros ont été négociés. "Les volumes d'échanges ont été gonflés par de nombreuses applications dans la matinée notamment sur TotalFinaElf ou Carrefour", rapporte un intervenant. Le Nouveau Marché a progressé lui modérément de 0,42% à 2.298,16 points. Alors que la place parisienne mettait un terme à six séances consécutives de baisse, les autres places européennes ont également entamé la semaine dans l'optimisme après un bilan hebdomadaire négatif. A l'exception toutefois de Londres, qui a perdu 0,45% à 5.415,10 points. A Madrid, l'Ibex-35 a progressé de 1,41% à 9.476,4 points, tandis qu'à Milan, le MIB 30 s'est octroyé 1,19% à 40.389 points. Dans la soirée, l'indice DAX à Francfort grimpait 1,36% à 6.158,16 points, dopé par l'envolée de Deutsche Telekom (+6,15%). Une fois de plus, le Nasdaq a donné le ton. Portée par l'espoir d'une réduction des taux américains cette semaine, la Bourse électronique a démarré la séance sur les chapeaux de roues (+1,24%) avant de revenir sur une partie de ses gains. A 15H10 GMT, l'indice américain des valeurs de croissance ne gagnait plus que 0,62% à 2.276,44 points sous l'effet de nouveaux profits warnings (Texas Instruments). Dans la foulée, le DJIA affichait un modeste gain de 0,23% à 10.466,14 points. La prudence reste de mise avant la publication de l'indice de confiance des consommateurs, mardi, et l'indice NAPM, vendredi, aux Etats-Unis. Sur le plan des entreprises, Gateway et Qualcomm communiqueront leurs résultats cette semaine.VALEURS DU JOUR A PARIS (cours à la clôture)Les valeurs TMT affichent un rebond technique après les forts désengagements de la semaine dernière.Les valeurs télécoms se reprennent : Alcatel rebondit de 3,53% à 44 euros, dans un volume de plus de 11 millions de pièces, après avoir chuté de 17,56% sur les cinq séances précédentes. Global Equities réitère par ailleurs sa recommandation d'achat sur la valeur, avec un objectif révisé de 88 à 75 euros. Par contre, BNP Paribas Equities déclasse la valeur de surperformance à neutre, avec un objectif revu de 80 à 50 euros sur le titre. Les autres équipementiers télécoms sur-performent la cote, Ericsson s'envole de 7,31% à 9,25 euros et Nokia de 6,72% à 25,08 euros. Merrill Lynch et Lehman Brothers abaissent leurs recommandations respectives sur le titre finlandais.Les opérateurs télécoms sont également très entourés. France Télécom s'adjuge 5,08% à 67,25 euros, après une chute de 7,6% la semaine dernière. Sa filiale de téléphonie mobile, Orange, s'octroie 1,36% à 8,95 euros, dans 9 millions de titres. L'espagnol Telefonica progresse de 4,23% à 18 euros, alors que le marché attend la publication de ses résultats. Dans la fibre optique, Highwave Optical rebondit de 5,26% à 90 euros, après un plongeon de 30% la semaine passée.Parmi les autres valeurs technologiques, STMicroelectronics avance de 2,32% à 37,06 euros, après avoir lâché 16,3%. Business Object de 5,26% à 78 euros, Thomson Multimédia de 4,47% à 45,10 euros. NRJ Group, en hausse de 5,71% vendredi, gagne encore 4,17% à 27,20 euros, bénéficiant toujours de l'annonce d'une vive hausse de ses recettes publicitaires en janvier et février.Le secteur automobile est en revanche en baisse. Peugeot, qui affichait des gains encore ce matin, cède 0,96% à 309 euros, après avoir gagné 11,6% la semaine dernière. Son concurrent Renault perd 1,03% à 57,80 euros.Michelin recule de 0,81% à 43 euros à la veille de la publication de ses résultats 2000. Le titre avait fini vendredi à 43,35 euros, sa meilleure clôture en plus de quatre mois.Le constructeur automobile américano-allemand DaimlerChrysler perd 0,23% à 52,85 euros, après la présentation des objectifs du plan de restructuration de Chrysler.Finalement, le groupe bancaire HSBC lâche 4,02% à 15,50 euros à Paris, après l'annonce d'une hausse de 22% de ses résultats pour l'année 2000, inférieure aux attentes, et affiche une attitude prudente sur ses perspectives 2001, compte tenu du ralentissement de l'économie américaine et de son impact en Europe et en Asie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :