PPR accroît ses pertes après l'annonce d'une augmentation de capital

 |  | 475 mots
Lecture 2 min.
Malgré des résultats annuels conformes aux attentes, le titre Pinault Printemps Redoute est très mal orienté jeudi. En fin d'après-midi, l'action du groupe de distribution abandonne 4,43% à 209,4 euros, portant ses pertes à plus de 8% depuis le début de l'année. Déjà pénalisé par des perspectives en retrait par rapport à la croissance des dernières années, PPR souffre de l'annonce d'un projet d'augmentation de capital d'un milliard d'euros.Selon des analystes interrogés par Reuters, cette augmentation de capital serait assortie d'un droit préférentiel de souscription. Le groupe n'a toutefois pas précisé les modalités de cette opération qui devrait intervenir à un "horizon assez court terme". Tout au plus le président du groupe Serge Weinberg a-t-il affirmé que cette opération ne serait pas dilutive. Artémis, principal actionnaire du groupe, aurait donné son accord à l'augmentation de capital, et indiqué qu'il y souscrirait Cette annonce vient quelques heures après la présentation des résultats du groupe. Avec un résultat net de 767 millions d'euros, celui-ci a annoncé un bénéfice net conforme au milion près aux prévisions des analystes (consensus JCF Group). Par rapport à 1999, le multidistributeur a vu ses profits croître de 22%, ce qui lui permettra de verser un dividende net de 2,18 euros par action (+22,4%).Le résultat d'exploitation avant dotation aux amortissements (EBITDA) a de son côté progressé de 28,9% à 2.286 millions d'euros grâce à une accélération des ouvertures de nouveaux magasins dans le pôle grand public (Conforama, Fnac, Printemps, Redoute, etc.), notamment à l'international. Rapporté à un chiffre d'affaires en hausse de 26,8% à 24,8 milliards d'euros, la marge d'Ebitda s'est établie à 9,2%.La légère divergence entre les taux de croissance du résultat net et du résultat d'exploitation s'explique par l'alourdissement, au cours de l'exercice, de la charge financière nette. Celle-ci s'est établie à 262 millions d'euros l'année dernière, en hausse de 69,3%, "en raison de la politique dynamique de croissance externe et de l'impact de la hausse des taux". Car PPR a multiplié les acquisitions au cours de la période, notamment dans le pôle professionnel (Branch et Westburne pour Rexel, et Boise Cascade en Europe pour Guilbert) et dans le luxe (un trimestre de Gucci, Yves Saint Laurent, Sergio Rossi et Boucheron).Les perspectives financières affichées par PPR apparaissent alléchantes. "Fort de la puissance de ses marques et de ses entreprises (...), le groupe se sent armé pour poursuivre son développement à un rythme soutenu. D'ici 2005, la croissance de son résultat net par action devrait s'établir entre 15 et 20% chaque année", écrit le président Serge Weinberg dans le communiqué. Ceci n'a pas empêché ABN Amro d'abaisser sa recommandation d'achat à accumuler. Cette décision est motivée par les perspectives de croissance du groupe, indique l'établissement financier. avec Reute

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :