Finmeccanica souhaite réduire sa participation dans STMicro

 |  | 269 mots
STMicroelectronics va-t-il perdre l'un après l'autre ses actionnaires de référence? Alors que France Télécom ne fait pas mystère de sa volonté de sortir du capital du fabricant franco-italien de semi-conducteurs, c'est aujourd'hui Finmeccanica qui montre des signes de désengagement. A eux deux, France Télécom et Finmeccanica détiennent un peu plus de 30% du capital de STM."Nous détenons 22,4 % de STM, cela nous paraît un peu trop," a déclaré Alberto Lina, directeur général de Finmeccanica, au journal Handelsblatt. Le groupe italien de construction mécanique espère ainsi dégager les capitaux nécessaires au financement de l'expansion de ses activités principales dans les domaines de l'aérospatial et de la défense. "Si nous avions une occasion intéressante d'investir dans l'un de nos secteurs d'activités principaux, nous pourrions vendre." Le groupe France Télécom avait pour sa part indiqué fin janvier, par la voix de son directeur financier Jean-Louis Vinciguerra, qu'il souhaitait céder sa participation de 11 % du capital de STMicroelectronics dans le cadre d'un placement de gré à gré. France Télécom serait en discussions avec plusieurs groupes, français et étrangersA la Bourse de Paris, le titre STMicro a débuté la séance dans le rouge après avoir déjà perdu près de 6% vendredi dans le sillage de la dégringolade des valeurs américaines du secteur des semi-conducteurs. Lundi, après une demi-heure de cotation, l'action du groupe franco-italien abandonne 1,15% à 42,8 euros, portant à plus de 8% son recul depuis le début de l'année.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :