Nouveau plancher en clôture pour l'indice CAC 40

 |  | 686 mots
La Bourse de Paris est restée sur la défensive lundi, en l'absence de direction en provenance de New York. Les marchés américains étaient fermés aujourd'hui pour cause du President's Day. L'indice CAC 40 a clôturé en légère baisse de 0,13% à 5.584,75 points dans un volume d'échanges ténu. Seulement 2,3 milliards d'euros ont changé de mains sur les valeurs du SRD. A de rares exceptions, la tendance baissière s'est poursuvie sur les valeurs technologiques. Alcatel, France Télécom et STMicroelectronics ont une fois de plus pesé sur la tendance. L'élément marquant de la journée a été sans conteste l'annonce de la fusion d'Usinor avec Arbed et l'espagnol Aceralia pour donner naissance au numéro un mondial de l'acier. De son côté, le Nouveau Marché a dévissé de 2,25% à 2 578 64 points dans la foulée du Nasdaq. L'indice des valeurs de croissance américaines, rappelons-le,a chuté vendredi de 5%. A l'exception de Londres, qui a conclu sur une note quasi-inchangée (à 6 094 points), les principales places européennes se sont redressées à la faveur d'une chasse aux bonnes affaires. Madrid a ainsi conclu en hausse de 0,73% à 9 861 3 points, Milan de 0,35% à 41 813 points. Dans la soirée, Francfort progressait de 0,38% à 6 436 90 points, dopée par le rebond technique de Deutsche Telekom. Les investisseurs seront attentifs mercredi à l'indice des prix à la consommation pour le mois de janvier aux Etats-Unis, après la brusque remontée (+1,1%, contre +0,3% attendu ) des prix à la production en janvier, la plus forte depuis septembre 1990. Cette statistique laisse entrevoir une politique monétaire moins agressive. En Europe, l'attention se focalisera sur l'indice allemand de conjoncture IFO (mercredi) et le Produit intérieur brut français (vendredi).LES VALEURS DU JOUR A PARIS - Cours de clôture en eurosLes titres des français Usinor et luxembourgeois Arbed sont suspendus pour la journée à la Bourse de Paris, tandis qu'ils ont annoncé lundi la fusion de leurs activités avec celles de l'espagnol Aceralia, pour former à l'automne 2001 le numéro un mondial de la sidérurgie. L'opérateur du tunnel sous la Manche, Eurotunnel (-1,82% à 1,08 euros), a publié une perte nette de 172,6 millions d'euros, et indiqué que son redressement financier était prévu pour 2002, conformément aux objectifs.TotalFinaElf (+1,02% à 159,2) bénéficie de la hausse du prix du baril de brent, tandis que Bouygues Offshore bondit de 9,54% à 54,4 euros après l'annonce la semaine dernière de son chiffre d'affaires 2000, qui révèle une forte progression des prises de commandes dans les branches para-pétrolières et gaz liquéfiés.Certaines valeurs défensives se distinguent, avec notamment LVMH (+1,49%) , Sanofi-Synthélabo (+1,19%), qui doit annoncer ses résultats demain, et Accor (+2,42%).Les financières figurent aussi dans le palmarès des hausses. Société Générale prend 1,13% à 67,15, BNP Paribas 0,43% à 93,8 et Axa 1,09% à 139. JP Morgan a relevé ses prévisions de bénéfice par action 2000 et 2001 pour la Société Générale, avant l'annonce jeudi de ses résultats 2000. CPN Assurances cède quant à lui 2,56% à 38.EADS (-3,63% à 21,5 euros) pâtit de rumeurs selon lesquelles le gouvernement britannique aurait décidé de mettre fin à des subventions accordées de longue date aux exportations de l'industrie aéronautique civile, démenties officiellement. La Bourse de Paris est entraînée à la baisse par Alcatel, France Télécom, et STMicroelectronics. Alcatel , premier volume du jour avec 351 millions d'euros échangés, cède 3,49% à 49,75 euros, sa clôture la plus faible depuis le 24 mai 2000, après avoir déjà perdu 8,76% vendredi en réaction à un avertissement de Nortel sur ses résultats. Le groupe de Serge Tchuruk a néanmoins maintenu sa prévision d'une croissance de 20 à 25% de ses activités télécoms en 2001. France Télécom a perdu 1,66% à 68,10 euros, sous le coup de la dégradation de sa dette par les agences de rating Moody's et Standard & Poor's en fin de semaine dernière. Sa filiale de téléphonie mobile Orange a limité la casse avec un repli de 0,45% à 8,85. STMicro (-3,09% à 41,96 euros) est affecté par des rumeurs de baisse de participation de son actionnaire, le groupe public italien Finmeccanica.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :