France Télécom mine Paris

 |  | 739 mots
Lecture 4 min.
La Bourse de Paris recule de 1,5% à 5 653,07 points mercredi à la mi-séance, minée par France Télécom qui continue de chuter au lendemain de l'introduction ratée d'Orange. Au même moment, l'indice du Nouveau Marché perd quant à lui 3,47% à 2 710,83 points.Après une ouverture en baisse de 0,65% à 5.701,73 points, le CAC 40 a rapidement creusé ses pertes jusqu'à un plus bas de 5 641,13 points, avant de se stabiliser autour des 5.660 points. Le marché est plombé par la chute des opérateurs et des équipementiers télécoms ainsi que des valeurs médias affectées par des craintes de ralentissement des dépenses de publicité. "L'ensemble des secteurs des télécoms et des médias se dégradent ce matin, ce qui est incroyable parce que ces secteurs avaient déjà beaucoup souffert et étaient revenus à des niveaux de valorisation raisonnable", estime un opérateur (AFX). "France Télécom et Orange plombent le marché", dit un gestionnaire qui pense que les deux titres ne devraient pas descendre beaucoup plus. Les échanges sur les deux valeurs totalisent respectivement 5,2 et 60 millions de titres. Les marchés accueillent mal les propos tenus hier par le président de la Réserve Fédérale Alan Greenspan, qui laissaient entendre que la baisse des taux directeurs sera moins importante qu'anticipé. "Le marché craignait la récession. Greenspan donne la bonne nouvelle qu'il n'y a pas récession. Alors on dit : 'les taux ne vont pas baisser aussi fort'. Il ne faut pas vouloir tout et son contraire", explique un gestionnaire à Reuters.Au lendemain d'un important repli des marchés d'actions américains dû aux déclarations du président de la Fed, les places européennes sont mal orientées. Vers 12h00, l'Euro Stoxx 50 cède 1,5%, tandis que le FTSE 100 de Londres et le Dax de Francfort reculent respectivement de 1 et 1,24%. Le compartiment des télécoms abandonne 3,62%, au plus bas depuis plus d'un an et demi, et celui des technologiques 4,46%, à son plus bas depuis novembre 1999. "La faiblesse nous vient une fois de plus d'Amérique ; les télécoms sont actuellement délaissées et il n'y a rien ici de vraiment nouveau aujourd'hui", constate Udo Becker, de la banque munichoise Merck Finck.VALEURS DU JOUR A PARIS (Cours vers 11h45)Ce sont à nouveau les valeurs télécoms qui plombent la cote suite à l'introduction ratée d'Orange. Après avoir perdu 1,05% à 9,40 euros pour sa première journée de cotation, Orange recule encore de 5,64% à 8,87 euros. Ces débuts décevants pour l'opérateur en téléphonie mobile pèsent toujours sur sa maison-mère. France Télécom, en repli de 6,31% hier, plonge de 7,05% à 73,15 euros, après avoir atteint un plus bas depuis août 1999 à 72,05 euros. Le titre est sous pression depuis le début de la semaine dernière en raison de l'accueil mitigé des opérateurs à Orange.Dans leur sillage, c'est tout le secteur qui recule : Nokia chute de 7,20% à 29,50 euros, Bouygues de 5,99% à 44,90 euros, Alcatel de 5,30% à 53,60 euros, Telefonica de 2,82% à 18,29 euros. La Bourse de Paris est également animée par la publication de nombreux résultats annuels.Liberty Surf cède 3,46% à 8,65 euros, en dépit de la forte progression de son chiffre d'affaires 2000 (à 61,23 millions d'euros contre 6,2 millions en 1999). Le groupe, objet d'une OPE de l'italien Tiscali, annonce ce matin la démission de son président Pierre Besnainou. Le départ du fondateur du fournisseur d'accès interviendrait conformément aux engagements qu'il avait pris envers les anciens comme les nouveaux actionnaires du groupe.Faurecia cède 3,68% à 51,05 euros suite à l'annonce d'une perte nette de 38,8 millions d'euros en 2000, après un bénéfice proforma de 50,1 millions en 1999. Le groupe table par ailleurs sur une croissance de ses ventes de 5 à 10% en 2001, avec une amélioration de ses marges. Vivendi Universal abandonne 2,79% à 74,80 euros, après l'annonce d'une chiffre d'affaires provisoire 2000 en hausse de 36,5%. GFI Informatiques perd 1,56% à 27,07 euros. Le groupe enregistre un chiffre d'affaires 2000 en hausse de 36,5% à 512 millions d'euros et revoit à la hausse ses objectifs pour 2002.Wavecom, qui était réservé à la baisse, chute de 8,96% à 49,80 euros, après avoir accusé une perte nette de 14,6 millions d'euros au cours de son exercice 2000, à comparer avec les 15 millions enregistrés en 1999. Contre la tendance, Renault gagne 3,55% à 55,40 euros, après une ouverture en baisse, à l'annonce d'un doublement de son bénéfice 2000 en ligne avec les attentes des analystes. Hermès prend pour sa part 3,32% à 149,40 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires 2000 en progression de 25% à 1,16 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :