Bellon exclut une offre dilutive sur SMS, Sodexho s'apprécie

 |  | 459 mots
Lecture 2 min.
Pierre Bellon a profité de l'Assemblée générale des actionnaires de son groupe pour faire le point sur le rachat des 52% que Sodexho ne détient pas encore dans Sodexho Marriot Services (SMS), la filiale américaine du numéro un mondial de la restauration collective. Il a notamment affirmé que l'opération ne serait réalisée que si elle avait un impact relutif.C'est une façon pour le groupe Sodexho de déclarer qu'il ne relèvera pas son offre sur SMS. La société française avait annoncé fin janvier son intention de déposer une offre à 27 dollars par action SMS, pour un total de 900 millions de dollars. D'ores et déjà, Pierre Bellon a reconnu que, au prix actuel, "la marge de relution est limitée". Problème, l'action SMS a clôturé lundi soir à 29,32 dollars à New York, un cours supérieur de 8,6% à l'offre actuelle de Sodexho. "A un tel prix et en tenant compte d'une prime de 25% offerte par Sodexho pour le rachat des 52% du capital de SMS, l'opération serait fortement dilutive", estime la société de Bourse Aurel-Leven.L'opération, qui avait été saluée par le marché boursier lors de sa présentation, pourrait donc ne pas être menée à son terme. Un comité spécial au sein de SMS doit se prononcer sur l'OPA à la fin mars et ce n'est qu'après que Sodexho décidera ou non de lancer officiellement son offre. "Dès que nous aurons une réponse du comité spécial de SMS, nous réunirons un conseil d'administration pour décider de la suite à donner à cette affaire", a déclaré Pierre Bellon.Si elle a finalement lieu, l'opération sera financée par un recours à l'emprunt et par augmentation de capital, et réalisée de manière à préserver la notation BBB+ attribuée par Standard & Poors à sa dette à long terme, a-t-il dit aux actionnaires en leur promettant d'être "très orthodoxe dans sa politique d'équilibre financier". L'agence de notation a placé cette notation sous surveillance après l'annonce du projet d'OPA.A la Bourse de Paris, ces précisions ont été accueillies avec satisfaction. Le titre s'est adjugé jusqu'à 3,3% au cours de la séance de mardi à 215 euros, avant de redescendre à 209,1 euros à la clôture (+0,53%). La valeur est revenue toute proche de son record historique en séance de 216 euros, atteint juste après la présentation du projet de rachat des minoritaires de SMS. Lors de l'Assemblée générale, Pierre Bellon s'est d'ailleurs employé à rassurer ses actionnaires en affirmant que l'activité était en ligne avec les prévisions, et que Sodexho ne souffrait pas pour l'instant du ralentissement américain.latribune.fr, avec Reute

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :