Le CAC 40 finit juste au-dessus des 5.000 points

 |  | 774 mots
Lecture 4 min.
La Bourse de Paris replonge près des 5 000 points, dans un marché de plus en plus déprimé par les constantes révisions à la baisse des perspectives bénéficiaires des entreprises américaines et l'annonce de suppressions d'emplois pour faire face à un environnement économique difficile.Après avoir ouvert en baisse de 1,10%, le CAC40 a accentué ses pertes au fil de la séance pour finir en repli de 3,96% à 5 004 points, effaçant les gains de la semaine dernière. L'activité reste peu active avec 4,08 milliards d'euros échangés sur le SRD.La chute du Nouveau Marché est encore plus violente : l'indice des valeurs de croissance lâche.7,57% à 1 534,73 points.La dégringolade des poids lourds du compartiment des technologiques comme Alcatel, qui a annoncé des suppressions d'emplois aux Etats Unis, ou comme Cap Gemini, massacré par les mauvaises prévisions des éditeurs de logiciels américains, plombent l'indice parisien. A tel point que toutes les valeurs du CAC s'inscrivent dans le rouge, à l'exception d'Accor qui grappille 0,14%. "Les derniers avertissements (sur résultats) pèsent à nouveau sur les indices", explique Peter Cardillo, directeur des études chez Westfalia Investments. "Le marché semble se concentrer sur une chose et une seule, à savoir que la bulle technologique est en train d'éclater". Le manque de visibilité quant à l'état de l'économie américaine et les conséquences sur l'économie du Vieux Continent pèsent sur les marchés financiers européens. Londres (-2,82% à 5 459,90 points et Francfort (-3,71%à 5 547,25 points) ne résistent pas à une nouvelle vague de "profit warning" en provenance des Etats Unis.Au moment de la clôture des marchés européens, les indices américains s'enfoncent vers de nouveaux plus bas. Le Nasdaq Composite abandonne 5,61% à 1 683 points, plombé par les éditeurs de logiciels, Ariba chute de 16,35% et Broadvision de 26,39% suite à l'annonce d'avertissements sur leurs résultats au 1er trimestre et des suppressions d'emplois. Le DJIA perd pour sa part 2,42% à 9 541,36 points et le S&P500 2,73% à 1 114,55 points.VALEURS DU JOUR A PARIS - Cours de clôtureLes valeurs de la technologie et des télécoms sont les premières à partir de la chute de près de 6% du Nasdaq et de l'annonce par Alcatel (-9,4% à 30,6 euros) de 1 100 suppressions d'emplois aux Etats-Unis. "Les suppressions d'emplois renforcent l'impression qu'Alcatel pourrait se voir obligé de faire un avertissement sur ses bénéfices comme la plupart de ses concurrents", relève un courtier (AFX). Après Merrill Lynch, JP Morgan, Morgan Stanley et SSSB la semaine dernière, UBS Warburg déclasse à son tour le titre. Parmi les opérateurs, France Télécom perd 5,2% à 65,75 euros et sa filiale de téléphonie mobile Orange 3% à 9,56 euros. Le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics décroche de 7,32% à 35,85 euros. Les éditeurs de logiciels et les SSII sont entraînés dans le rouge par les sociétés américaines Inktomi, Ariba et Broadvision, qui ont lancé des avertissements sur leurs résultats ainsi que des suppressions d'emploi. Cap Gemini (-11% à 114,2 euros), Atos (-8,23% à 72,5) et Business Objects (-16,14% à 29,1) ont été réservés à la baisse en séance. L'actionnaire principal de Cap Gemini, CGIP (-9,13%), et la maison-mère de cette dernière, Marine-Wendel (-11,8%), se replient dans son sillage. Neopost (-4% à 26,9 euros) a publié un bénéfice net 2000 en hausse de 16,6% à 35,9 millions d'euros et un résultat d'exploitation de 69,5 millions contre 74,6 millions en 1999. Son chiffre d'affaires ressort à 514,4 millions contre 437,8 millions. La société a précisé que Neopost Online atteindrait l'équilibre opérationnel en 2003. Neopost entend améliorer la rentabilité de son coeur de métier, la fabrication de machines à affranchir et de trieuses/inséreuses, tout en poursuivant le développement de Neopost Online, sa filiale internet, attendue à l'équilibre opérationnel en 2003. Au Nouveau marché, Wavecom (+9,6% à 18,3 euros) a annoncé mardi avoir reçu une commande supplémentaire de 550 000 modules de téléphones mobiles Wismo de la part du fabricant sud-coréen Sewon Telecom, qui avait déjà acheté 200 000 unités. "Il s'agit de la commande cumulée la plus importante enregistrée par Wavecom à ce jour", précise la société. Déjà fortement chahuté lors des deux avertissements émis par le câblo-opérateur canadien Nortel Networks sur ses résultats pour le premier trimestre, Higwave Optical (-18,56% à 39,5 euros) fait plus que jamais les frais de la méfiance grandissante qu'inspirent les valeurs estampillées nouvelle économie. Fi System décroche de 14,4% à 3,51 euros, en réaction à des résultats décevants. La croissance de l'agence web a été nulle entre le troisième et le quatrième trimestres. Integra (-18,48% à 2,7 euros) a été réservé à la baisse après avoir chuté de plus de 18%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :