"L'encours des ETF devrait atteindre 50 milliards d'euros"

 |  | 366 mots
Lecture 2 min.
La Tribune - Pourquoi State Street, leader sur les trackers aux Etats-Unis, a-t-elle été devancée pour lancer des fonds à la Bourse de Paris ?Frédéric Jamet - Effectivement le leadership de State Street dans la gestion indicielle lui permet de revendiquer plus de 50 % de l'encours mondial des ETF, les fonds indiciels cotés en Bourse. Notre expérience date de 1993 avec les premiers fonds cotés aux Etats-Unis. Si nous avons retardé le lancement de nos premiers ETF à Paris, c'est qu'il nous semblait important de ne pas offrir un produit opportuniste isolé, mais bien de proposer une gamme cohérente et globale. Après avoir lancé sur Euronext Amsterdam un tracker sur AEX, nous venons de lancer StreetTracks MSCI Pan Euro, dont la première cotation a eu lieu le 19 juin sur le segment Next Track d'Euronext Paris. Celui-ci permettra de reproduire l'évolution de 194 actions sur 14 places européennes comprises dans le MSCI Pan Euro. Cet indice offre une couverture beaucoup plus globale que l'Eurostoxx 50 limité aux blue chips. Très prochainement, nous lancerons des ETF sur 10 secteurs (Telecoms, santé, biens de consommation...) et un tracker dédié au marché britannique.Qu'offrent de plus les ETF par rapport aux OPCVM indiciels ?Un ETF a une structure identique à celles d'une Sicav ayant pour objet de répliquer fidèlement la performance d'un indice boursier. Légalement ce sont tous des fonds soumis à l'agrément de la COB. Mais en outre l'ETF est coté en Bourse. Ce qui donne lieu à une tarification moindre et permet d'intervenir à tout moment pour faire du trading ou des opérations de couverture.Attendez-vous un succès européen aussi fort que l'engouement américain pour ce type de valeur mobilière ?Avec un encours légèrement inférieur à 100 milliards de dollars, les trackers captent 10 % de la gestion indicielle aux Etats-Unis. En Europe, on peut raisonnablement espérer le même ordre de grandeur. L'encours de la gestion indicielle européenne atteignant 500 milliards d'euros, les ETF devraient progressivement voir leur encours atteindre 50 milliards d'euros. Cet encours ne dépassant pas encore 5 milliards d'euros, cela vous donne une idée du potentiel de ce marché.Propos recueillis par Christophe Tricaud

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :