AOL Time Warner pénalisé par Internet

AOL va devoir réviser sa copie. Alors que le groupe de médias avait déjà annoncé examiner la façon dont America Online, sa filiale Internet, avait comptabilisé certaines transactions, il vient de préciser qu'il allait recalculer deux ans de résultats. La période concernée va du 1er juillet 2000 au 30 juin 2002. Cette "mise à jour" devrait lui coûter 190 millions de dollars en termes de chiffre d'affaires et 97 millions pour ce qui est de l'Ebitda (équivalent de l'EBE). Sur cette somme, 168 millions de revenus pourraient être amputés sur la seule division America Online.AOL est dans le collimateur de la SEC et du ministère de la justice depuis juillet dernier. Ils enquêtent sur la façon dont America Online a pris en compte une certaine partie de son chiffre d'affaires publicitaire. Le groupe est notamment soupçonné d'avoir inscrit dans ses livres des revenus fictifs passés pour le compte d'autres firmes. Pour l'instant, AOL a tout juste avoué avoir gonflé ses revenus de 49 millions de dollars. Par ailleurs, le Wall Street Journal a révélé début octobre une double comptabilisation de certaines transactions publicitaires avec d'autres filiales du groupe (lire ci-contre). L'annonce de la révision des comptes a été faite par AOL Time Warner à l'occasion des résultats trimestriels, qui de leur côté n'ont pas révélé de surprise. Le chiffre d'affaires a progressé de 6% à 10 milliards de dollars (un chiffre conforme aux attentes), pour un Ebitda en baisse de 1% à 2,2 milliards. Suivant les branches, les performances sont très inégales. La division "film et divertissement" a gagné 25% avec 2,6 milliards de ventes, portée par les succès du groupe au cinéma et en vidéo (Le Seigneur des anneaux, Austin Powers...). La branche câble (Time Warner Cable, le numéro deux américain, qui dessert quelque 13 millions de clients) a réalisé un chiffre d'affaires de 1,7 milliard de dollars (+14%), pour un Ebitda de 680 millions (+4,6%). "Networks" (qui inclut CNN, Cartoon Networks...) a vu son Ebitda progresser de 15% à 520 millions de dollars. En revanche, comme prévu, America Online, pénalisé par un chiffre d'affaires en provenance de la publicité et de l'e-commerce en baisse de 48%, a vu son Ebitda décroître de 41% à 432 millions.En termes de résultats nets, les chiffres sont donc plutôt mitigés. Certes, le groupe affiche un bénéfice de 57 millions de dollars, contre une perte de 997 millions l'an dernier, soit un gain d'un cent par action là où il en avait perdu 22 l'an passé. Mais, retraité des éléments exceptionnels, le bénéfice par action trimestriel a baissé de 24 à 19 cents en un an. Un chiffre en ligne avec les estimations de Wall Street.Suite à ces résultats en ligne, le titre est monté à 14,25 dollars en début de séance à Wall Street, soit une hausse de 5,3%. Il est vrai que l'action a déjà chuté de près de 60% sur l'année. Et les investisseurs ont pu être rassurés par le maintien des prévisions du groupe. Il compte, comme auparavant, sur une croissance de 5 à 8% de ses ventes (elle est de 6,25% sur neuf mois). Et en termes d'Ebitda, la hausse devrait être proche du bas de la fourchette de 5 à 9% précédemment annoncée (l'Ebitda n'est qu'en très faible hausse sur neuf mois). En revanche, le groupe qui a passé cette année une charge exceptionnelle massive de 54 milliards de dollars reflétant la différence entre la valeur comptable et la valeur payée de la fusion, n'exclut pas de passer une autre charge "substantielle", a précisé le directeur financier du groupe, Wayne Pace, tout en précisant que cela n'affecterait pas son endettement. Une affirmation qui laisse sceptiques certains analystes, qui pensent que le bilan d'AOL pourrait ne pas être aussi solide que prévu.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.