Paris quasiment étale à mi-séance

Après une ouverture en baisse de 0,55%, puis une remontée de l'indice, en cours de matinée, à près de 3.100 points, le Cac 40 est repassé dans le rouge à mi-séance. Le repli est néanmoins très symbolique: -0,06% un peu après 12 heures, avec un indice proche des 3.053 points. Seule explication véritable pour ce décrochage soudain à mi-parcours de la séance: le rejet, à l'unanimité, par le Parlement irakien, du projet de résolution de l'ONU sur le désarmement dans le pays. Le Parlement s'en remet désormais au président Saddam Hussein pour prendre une décision finale sur la résolution.Le chef des conseillers économiques de la Maison Blanche, Glenn Hubbard, a indiqué, lors d'une conférence de presse à l'OCDE, qu'une intervention américaine contre l'Irak aurait un impact négatif sur l'économie, notamment en matière de dépenses d'investissement. De bien mauvais augure, en effet, alors qu'on espère une reprise affirmée de l'économie outre-Atlantique. Peu de rendez-vous sur le plan des statistiques économiques. On attend, à 15h00, la publication de l'indice ZEW des anticipations économiques en Allemagne.L'information en provenance des sociétés est assez peu fournie. Bayer affiche néanmoins la plus forte hausse du SRD (+7,47% à 21 euros) après des ventes au troisième trimestre 2002 en hausse de 8% à 7,459 milliards d'euros. Les résultats sont également en amélioration malgré une conjoncture difficile. Le marché ne semble guère faire de cas de l'annonce de 5.700 plaintes émanant de patients, principalement aux Etats-Unis, liés à l'anticholestérol Baycol/Lipobay.Danone a annoncé un protocole d'accord pour prendre 100% du capital de Sparkling Spring Waters. Le montant de la transaction n'est pas connu. Le Wall Street Journal évoquait ce matin un chiffre compris entre 300 et 400 millions de dollars. En prenant le contrôle du canadien, Danone prend la position de numéro un au Canada, en Argentine et en Asie, numéro deux au Mexique, numéro trois en Europe et aux Etats-Unis. Le titre gagne modestement 0,53% à 132,10 euros.EADS progresse de plus de 3% à 11,40 euros. La compagnie de trajets à bas prix EasyJet a laissé entendre, dans la presse allemande, qu'elle pourrait transformer en commandes fermes l'option de 120 appareils qu'elle avait annoncée à la mi-octobre.France Télécom gagne 2,57% à 11,57 euros grâce à l'anglais Vodafone, qui a publié une hausse de 68% à 5,6 milliards de livres, de son excédent brut d'exploitation pour le premier semestre 2002.A l'inverse, Vivendi Universal encaisse une baisse de 4,3% à 13,14 euros, la plus forte du CAC 40, au lendemain de la publication de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.Le chimiste Rhodia est dégradé par Merrill Lynch, qui passe de "neutre" à "vendre" et qui semble sceptique sur les fondamentaux du groupe mais aussi sur les chances de succès d'une éventuelle OPA. Le titre concède 2,17 % à 6,76 euros.Sur le second marché, Duc, le spécialiste de la volaille se distingue avec un gain de 6,3% à 16,5 euros. La firme a signé un accord avec la société Ruby Rose en vue de transférer son savoir-faire sur les exploitations avicoles ukrainiennes de son partenaire. Le contrat prend effet le 1er décembre 2002 et porte sur une période de 8 ans, renouvelable. Le groupe estime que cet accord "devrait améliorer très sensiblement les perspectives de résultats de Duc. Ses premiers effets se feront ressentir dès 2003". Denis LantoineCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.