Bayer rebondit au troisième trimestre

En léger mieux: c'est ainsi que pourraient être qualifiés les comptes de Bayer au troisième trimestre. Car après une dégradation des indicateurs au premier semestre, un rebond a été constaté sur les trois mois suivants.En premier lieu, le chiffre d'affaires a gagné 8% à 7,46 milliards d'euros. Sur le coeur de métier, l'activité a notamment été dopée par l'acquisition d'Aventis CropScience: elle a progressé de 8% à 5,25 milliards d'euros.Côté résultats, les chiffres sont également orientés à la hausse. Le résultat d'exploitation est passé de 39 à 54 millions d'euros. "Nous avons fait des progrès au cours du troisième trimestre malgré un marché difficile, et nos mesures de restructuration gagnent peu à peu en efficacité", se félicite le groupe dans un communiqué. Un bémol toutefois: les analystes sondés par Reuters visaient un chiffre nettement supérieur pour l'exploitation (97 millions en moyenne). Enfin, le résultat net est de la même qualité. Dans le rouge il y a un an, il est désormais positif de 656 millions d'euros.Dès lors, le cash-flow du groupe s'est envolé de 37% à près de 1,4 milliard d'euros au troisième trimestre. Mieux encore, à 2,7 milliards sur neuf mois, c'est le meilleur cash-flow jamais enregistré par Bayer à fin septembre.Si dans leur ensemble, les chiffres délivrés par Bayer sont plutôt satisfaisants, il n'en reste pas moins que les performances entre divisions ont été inégales. On relèvera surtout les difficultés persistantes dans la pharmacie. Les ventes de la division santé ont reculé de 5% au troisième trimestre et de 9% sur neuf mois. "Les ventes et les bénéfices de la division pharmaceutique continuent d'être affectés par le retrait du Lipobay, qui passait pour être le plus gros contributeur à la croissance de cette branche", déplore la société. Soupçonné d'être à l'origine de décès et de problèmes musculaires, le Baycol/Lipobay, un anticholestérol, avait du être retiré de la vente l'an passé. Et le groupe continue d'en subir les conséquences. A la baisse constaté du chiffre d'affaires s'ajoutent les plaintes engagées par les patients. Alors que Bayer en recensait 3.500 il y a trois semaines, il en compte aujourd'hui 5.700. Et d'après lui, le chiffre devrait "encore grimper".Bref, la situation ne semble pas près de s'améliorer. Ce qui peut expliquer la volte-face que vient de faire Bayer dans ce dossier de la pharmacie. Pour la première fois, l'Allemand envisage en effet de ne plus être majoritaire à l'issu d'un rapprochement avec un autre groupe. "Il n'est plus réaliste d'espérer que Bayer scelle un partenariat dans lequel il garde la majorité et qui s'avère dans le même temps profitable", constate le chimiste.A Francfort, ces nouvelles sont plutôt bien accueillies. En fin de journée, l'action avance de 6,02% à 20,78 euros. Il est vrai que, outre les résultats annoncés et le discours délivré, le groupe a aussi maintenu ses objectifs annuels. Comptant en particulier sur des plus-values de cessions d'actifs, il vise toujours un résultat supérieur à celui de 2001.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.