Pechiney reprend l'aluminium de Corus

Alors que les rumeurs grandissaient depuis plusieurs jours, Pechiney a annoncé qu'il avait signé un accord de principe pour la reprise des activités de transformation d'aluminium de Corus. Le groupe anglo-néerlandais a lui aussi confirmé l'opération.L'accord définitif, qui devra obtenir l'aval des autorités de la concurrence, est attendu au premier semestre 2003, lorsque Corus aura achevé la consultation des représentants de son personnel.Les sites concernés, qui emploient 4.600 salariés, sont situés en Allemagne, au Canada, en Belgique et en Chine. En 2001, leur chiffre d'affaires a atteint près de 1,55 milliard d'euros. "Cette acquisition permettra à Pechiney de mettre en oeuvre sa stratégie de croissance rentable sur ses marchés privilégiés que sont l'aéronautique et l'automobile", précise le Français.Il ajoute que les synergies sont estimées à 40 millions d'euros sur les trois années suivant le rachat et devraient passer à plus de 60 millions d'euros avant 2007. En outre, ces activités offriront bien un taux de rendement interne supérieur à 13%, comme l'exigent les critères financiers du Français.En termes de résultats nets, Pechiney prévoit un effet relutif de 7% en 2003 et de 12% sur l'année suivante. Le métallurgiste fait état d'un montant de 750 millions d'euros, auquel s'ajouteront 48 millions au titre de la reprise des engagements de pensions (chiffre audité aux normes néerlandaises). En normes comptables américaines, les versements devrait être de 70 millions d'euros, soit un coût total de 820 millions d'euros. C'est "un bon prix car il reflète le bas de cycle actuel" a estimé Jean-Pierre Rodier, le PDG du groupe, lors d'une conférence de presse.Néanmoins, des doutes subsistent encore sur le prix définitif, Corus ayant parlé de son côté de 861 millions d'euros. "Il se peut que Corus ait évalué différemment ces pensions", a répondu Jean-Pierre Rodier.Quel que soit le prix définitif, Corus n'aura tout de même pas obtenu ce qu'il comptait retirer de cette vente il y a encore quelques mois. En début d'année, il visait un produit d'environ 1 milliard de livres sterling (1,58 milliard d'euros). Mais les perspectives dans l'aluminium s'étant assombries au cours de l'année, les rumeurs ne faisaient plus état ces derniers temps que d'un montant de 500 à 600 millions de livres (790 à 950 millions d'euros).En Bourse, la nouvelle ne profite pas vraiment à l'action Pechiney. Elle recule de 5,29% à 30,95 euros en clôture et porte son repli à plus de 46% sur l'année.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.