TMT et bancaires dopent le marché, Altran rebondit de 15%

En hausse de 1,11%, à 2.789,27 points, à l'ouverture, le CAC 40 a accentué son avance après quelques minutes de cotations. Porté par le net rebond de Wall Street hier, le marché apprécie par ailleurs la hausse moins forte que prévu de l'inflation en septembre à +0,2%, contre +0,3% attendu. Ce dernier chiffre semble pour l'instant occulter la contraction de l'excédent commercial, de 2,154 milliards d'euros en juillet à 1,588 milliards en août, et la révision en baisse du PIB au deuxième trimestre (à +0,4%, contre 0,5% initialement). Il semble que, après la déception du statu quo de la BCE, les investisseurs anticipent désormais un geste de la Réserve fédérale américaine le 6 novembre prochain. Il reste que l'attentisme semble être de mise avant la publication de trois statistiques économiques américaines : les ventes au détail et les prix producteurs de septembre, ainsi que l'indice préliminaire de confiance de l'Université du Michigan pour le mois d'octobre.A 9h40, le CAC 40 gagnait 2,37% à 2.823,81 points.Altran Technologies bondit de 15,44% à 3,14 euros. Le titre a chuté de 45% jeudi à la suite d'un article du Monde selon lequel le groupe aurait publié des taux d'affectation de ses ingénieurs supérieurs à la réalité, sous-estimant ainsi le ralentissement de son activité.Wanadoo bondit de 10,28% à 3,54 euros. La filiale d'accès internet de France Télécom continue de bénéficier des bons résultats de l'américain Yahoo !Plus forte hausse du CAC 40, Alcatel avance de 8,27% à 2,88 euros dans le sillage de la progression de 4,42% hier. Les investisseurs semblent ignorer l'aggravation des pertes de Juniper Networks au troisième trimestre.Cap Gemini prend 4,84% à 16,25 euros, également soutenu par le rebond de l'indice technologique américain. STMicroelectronics avance pour sa part de 4,60% à 13,43 euros, dopé par le rebond de 6,16% de l'indice des semi-conducteurs de la Bourse de Philadelphie (SOX).France Télécom progresse de 3,34% à 9,90 euros. Une restructuration d'ampleur se profile chez l'opérateur historique, rapporte La Tribune. Selon le quotidien, une étude commandée par le prédécesseur de Thierry Breton, relève plusieurs foyers d'économies dont des fermetures d'agences commerciales et plus de 20.000 suppressions d'emplois d'ici à 2006. Quant à une augmentation de capital, le gouvernement interviendrait à hauteur de sa participation de 55% en faisant appel à un établissement public chargé d'acheter les titres créés. Citant une source bancaire, un montant de 15 milliards d'euros demeure la principale hypothèse de travail concernant cette recapitalisation. Par ailleurs, l'italien Wind, dont l'opérateur français détient environ 25%, a annoncé que ses actionnaires avaient approuvé une augmentation de capital de 235 millions d'euros.LVMH gagne 2,44% à 34,46 euros. Le groupe a annoncé qu'il mettait fin à son programme de cotation d'ADR (American depositary receipts), ainsi qu'à sa cotation à la Bourse de Bruxelles. Le numéro un mondial du luxe explique cette décision par "le constat que la très grande majorité des actionnaires de LVMH utilise le marché principal d'Euronext, le programme d'ADR ne portant, en outre, que sur une infime partie du capital avec des volumes journaliers extrêmement faibles".Carrefour grignote 0,37% ࠠ40,50 euros. Le groupe a fait état d'une baisse de 1,5%, à 18,93 milliards d'euros, de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, et d'également 1,5% à 55,91 milliards sur neuf mois. Si ces performances sont inférieures aux attentes des analystes, la croissance organique de 5,6% enregistrée au troisième trimestre, s'inscrit dans le haut de la fourchette, de 4,8 à 5,8%, attendue par les spécialistes. Le groupe de distribution a par ailleurs confirmé son objectif d'augmentation de 10 à 15% du bénéfice net courant après survaleurs pour 2002.Le Crédit Lyonnais gagne 2,05% à 29,80 euros et le Crédit Agricole 1,60% à 15,20. Le rachat attendu du premier par le second est menacé par un désaccord sur le nom du numéro deux de la future structure, écrit le Wall Street Journal. Selon le quotidien américain, si les deux banques sont d'accord pour que Jean Laurent, président du Crédit Agricole, prenne la tête de la nouvelle structure, Jean-Peyrelevade, son homologue au Crédit Lyonnais, cherche à imposer Dominique Ferrero comme unique numéro deux, alors que M. Laurent veut deux adjoints, le second étant issu du Crédit Agricole. John WiburgCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.