Le CAC 40 limite ses pertes sur la fin

L'Irak vole la vedette à Alan Greenspan. Alors que tous les investisseurs écoutaient d'une oreille attentive le discours du président de la Réserve fédérale devant le congrès, l'ambassadeur de l'Irak aux Nations Unies a indiqué que son pays avait accepté la résolution 1.441 de l'ONU sans condition. Il n'y a plus d'obstacles à l'envoi des inspecteurs chargés de surveiller le désarmement du pays dirigé par Saddam Hussein. La perspective de guerre dans la région semble donc s'éloigner. Rassurés, les investisseurs américains ont renvoyés les marchés à la hausse. D'autant que, si en première lecture les propos d'Alan Greenspan sont peu encourageants, beaucoup d'économistes estiment qu'ils n'apportent aucun élément nouveau.Dans ces conditions, Wall Street a inversé la vapeur. A 17h30, le Dow Jones gagnait 0,74% et le Nasdaq 0,97%. Du coup, à Paris, le CAC 40 a réduit ses pertes. Il termine en baisse de 0,97% à 3.034 points, alors qu'en milieu d'après-midi on a touché un plus bas de 2.979 points (-2,77%).Ce matin, en Europe, la Commission européenne a revu ses prévisions de croissance économique pour la Zone euro. La croissance du PIB est abaissée de plus d'un point pour 2003, à 1,8%, après une modeste progression de 0,8% cette année. Une prévision de 2,6% est avancée pour 2004.Sur le front des entreprises, l'actualité a été chargée aujourd'hui. Vivendi Universal  a perdu jusqu'à 13% mais finit en baisse de 5,03% à 11,9 euros. Les investisseurs s'inquiètent d'une surenchère des droits de retransmission du Championnat de France de Football. Canal+, filiale du groupe de communication, serait prête à débourser 480 millions d'euros pas an pour conserver les droits de diffusion du championnat de Ligue 1. Hier, le titre avait déjà perdu 8,74% à la suite d'un chiffre d'affaires à neuf mois jugé décevant et des difficultés apparentes de placement des 20% de Vivendi Environnement.Arcelor baisse de 4,4% à 11,07 euros. Le groupe est affecté par les déclarations de son concurrent anglo-néerlandais Corus, selon lesquels le marché de l'acier connaîtrait une reprise inférieure aux attentes. Thales perd 5,35% à 24,75 euros, sur fond de craintes d'afflux de papier sur le marché.Le chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année de Lagardère s'élève à 9,5 milliards d'euros, en hausse de 0,9%. La branche medias, qui contribue pour près des deux tiers aux facturations du groupe, affiche une progression de 6,1% à 5,9 milliards. Le groupe estime que l'activité à neuf mois est "en ligne" avec l'objectif de stabilité des ventes annuelles (autour de 13,3 milliards d'euros). L'action cède 0,94% à 42,02 euros.A l'inverse, SR Teleperformance monte de 3,88% à 18,75 euros. Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires a augmenté de 25%, à 201 millions d'euros. A périmètre et taux de change constants, le croissance ressort  à 10%. Même tendance sur neuf mois, avec un volume de 646,7 millions d'euros.Très entouré aujourd'hui, le secteur des SSII. Chez Atos, le chiffre d'affaires trimestriel a ainsi progressé de 1,6%, à 734 millions d'euros. Mais à périmètre comparable, les facturations sont en repli de 0,4%. Sur neuf mois, la croissance est, toujours à données constantes, en hausse de 1,1%. Plus important, la marge opérationnelle ressort à 8%. Pour l'exercice entier, le groupe a révisé ses pronostics à la baisse. Les facturations sont attendues stables. La marge opérationnelle devrait être légèrement supérieure à 8%. Après une envolée à plus de 8% en début de matinée, la hausse du titre s'est complètement dégonflée. L'action termine en baisse de 2,06% à 28,55 euros.Chez  Unilog, le chiffre d'affaires a baissé de 1,2%, à 141,9 millions. A neuf mois, il monte de 2,8% à 451,5 millions. La croissance annuelle devrait atteindre 5% et le résultat net devrait, dans l'ensemble, baisser dans les mêmes proportions qu'au premier semestre (-16%). Le titre monte de 1,5% à 30,5 euros.Les facturations trimestrielles de Sopra sont en recul de 2,4% à 120,2 millions, et de 4% à données comparables. En cumul sur neuf mois, elles augmentent néanmoins de 3,8% à 385 millions (+0,2% à données comparables). Pour prévision, la croissance organique est attendue nulle ou légèrement positive. Sopra recule de 5,23% à 20,85 euros.Pour GFI Informatique, le chiffre d'affaires a fin septembre a plié de 4 %. Le titre s'effrite de 0,22 % à 4,44 euros. Enfin, pour finir avec les SSII, on attend dans la soirée les performances trimestrielles de Transiciel. Le titre a plongé de 9,09% à 7,7 euros. Déception du côté d'Euro Disney, qui annonce un chiffre d'affaires annuel 2001-2002 en hausse de 7% à 1,07 milliard d'euros, mais une baisse de la marge opérationnelle, à 175,7 millions d'euros, contre 185,2 millions un an plus tôt. Surtout, le résultat net ressort en perte de 33,1 millions, à comparer à un bénéfice de 30,5 millions en 2000-2001. L'action perd 6,12% à 0,46 euro.Enfin, Hermès progresse de 5,46% à 148,8 euros. Le chiffre d'affaires au troisième trimestre du groupe de luxe s'élève à 300,5 millions d'euros, en baisse de 2,6%. Le repli des ventes sur la période s'explique "exclusivement" par l'impact défavorable de l'évolution des devises (affaiblissement du dollar face au yen et à l'euro). Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes progressent de 0,7%. A taux de change et périmètre constants, la croissance atteint 4,8%.Olivier PinaudCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.