Infineon viserait une perte d'exploitation de 200 millions en 2002/2003

 |   |  370  mots
Infineon ne fournirait-il pas toutes les informations dont il dispose au marché? C'est ce que l'on peut se demander au vu du document publié ce vendredi par le Financial Times Deutschland. D'après le journal, le fabricant de semi-conducteurs prévoirait en effet une perte d'exploitation de 200 millions d'euros pour l'exercice 2002/2003 (d'octobre à septembre).Or, lors de la présentation de ses résultats annuels en début de mois, le groupe s'était gardé de tout pronostic chiffré pour l'exercice en cours. Il avait simplement dit ne pas voir de "signe clair d'amélioration soutenue de la demande", pour les mois à venir. Interrogé lors de la réunion de présentation, Ulrich Schumacher, président du directoire, était allé dans le même sens. "Je n'ai pas la moindre idée de la façon dont vont se dérouler les deux prochains trimestres et sur cette base je ne peux pas citer de chiffres concrets", avait-il déclaré.Aujourd'hui, le groupe reste muet. Un porte-parole contacté par l'AFP a refusé de commenter ces chiffres.Si Ulrich Schumacher dit ne pas avoir de visibilité sur les deux premiers trimestres, le document qu'a obtenu le FTD parle en revanche d'un perte d'exploitation de 100 millions d'euros pour le premier semestre 2002/2003 (et du double pour l'ensemble de l'exercice). Néanmoins, le tableau n'est pas totalement noir. Le chiffre d'affaires devrait en effet progresser de 35% à 7 milliards d'euros sur l'exercice, selon cette même source. La raison principale: une hausse de la demande de puces pour téléphones portables, en particulier en Asie.A Francfort, les investisseurs réagissent négativement à la nouvelle. L'action perd 1,16%, à 10,23 euros, en fin de journée, après avoir cédé jusqu'à 6,86%. Depuis le début de l'année, elle lâche plus de 55%. Il faut dire que les investisseurs n'en sont pas à leur première déception. Les résultats publiés en début de mois n'avaient pas enthousiasmé le marché, qui un mois plus tôt avait manifesté des craintes quant à la solvabilité du groupe. Certains se demandaient en effet si la trésorerie de 1,7 milliard suffirait pour traverser la crise. Lehman Brothers estimait notamment que l'Allemand n'aurait plus que 630 millions d'euros en caisse à la fin 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :