Paris termine en légère hausse une séance marquée par l'hésitation

 |  | 528 mots
Tout au long de la journée, Paris aura hésité. Entre la baisse, assez forte dans la matinée, avec une incartade sous les 3.000 points, puis une réaction à la hausse dans l'après midi, avant de terminer sur une progression plus modeste de 0,44%, à 3.025,14 points. Les volumes sont faibles, légèrement supérieurs au milliard d'euros pour les valeurs composant l'indice. Les investisseurs n'ont eu de cesse d'observer l'évolution des relations sur le plan international. Ce week-end, les autorités américaines ont ainsi décidé d'envoyer de nouvelles troupes dans le Golfe. Le "climat de guerre" s'est désormais installé en Bourse. Le pétrole a encore inscrit un nouveau record, dépassant les 33 dollars le baril de brut léger aux Etats-Unis dans l'après-midi. A Londres, le Brent est aujourd'hui bien au delà des 30 dollars. L'once d'or est également à de hauts niveaux, malgré un mouvement de consolidation ce lundi. Enfin, l'euro a encore gagné quelques fractions, à 1,0455 dollar ce soir.Il y avait deux statistiques au programme outre-Atlantique. A 16 heures heure de Paris, les investisseurs ont pris connaissance des chiffres de revente de logements anciens pour le mois de novembre et de l'indice PMI de Chicago pour décembre. Les premières ont reculé de 3,5%, à 5,56 millions d'unités. C'est moins que les 5,63 millions espérés par les économistes. Parallèlement, l'indice PMI de Chicago s'établit, pour le mois de décembre, à 51,3, contre 54,3 un mois plus tôt. C'est, là aussi, un chiffre inférieur aux attentes. On attendait plutôt un chiffre de l'ordre de 53. La composante la plus décevante est sans conteste celle des commandes, qui chute à 53 contre 60,8 en novembre. La composante emploi est en amélioration, à 50,3 contre 43,3, comme celle des prix payés, à 62,1 contre 57,2. Ces deux statistiques ont pesé sur la tendance. A la clôture de Paris, Le Dow Jones et le Nasdaq cédaient tous deux du terrain, après une ouverture en légère hausse. L'actualité des entreprises est quasi inexistante. Le marché s'adapte au contexte de prudence généralisée. Ainsi, les valeurs liées au tourisme ou au transport pâtissent logiquement des risques d'entrée en guerre des Etats-Unis contre l'Irak. Club Méditerranée abandonne 4,83% à 22,26 euros.Les SSII cèdent également du terrain, à l'image de Transiciel (-4,72% à 6,05 euros), GFI informatique (-2,81% à 3,81 euros), Cap Gemini (-2,44% à 21,55 euros).La Scor chute plus lourdement (-6,31% à 5,20 euros) malgré le récent succès de son augmentation de capital.A l'inverse, TotalFina Elf, soutenu par les hauts niveaux du pétrole, s'adjuge 1,88% à 135,50 euros. Générale de Santé, qui a vendu ses actifs immobiliers de l'hôpital privé d'Antony, pour 77,6 millions d'euros, prend 9,14% à 10,75 euros. Le mouvement s'est accéléré dans les toutes dernières minutes de la séance.Enfin quelques valeurs de semi-conducteurs, délaissées au cours des derniers mois, retrouvent également des couleurs avec la publication de ventes mondiales de composants en petite hausse de 1,3% en novembre. La progression concernerait assez peu les segments de la téléphonie mobile et des ordinateurs. Mais Wavecom rebondit tout de même de 6,81% à 13,33 euros et Soitec de 5,86% à 3,07 euros.Denis Lantoine Copyright Invest

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :