STMicro doit confirmer qu'il résiste mieux que le marché

Après avoir déçu à la fin du premier semestre (voir ci-contre), STMicroelectronics va-t-il parvenir à satisfaire les investisseurs avec ses chiffres du troisième trimestre? La réponse sera connue mardi soir après la clôture de Wall Street, heure à laquelle est prévue la publication du groupe.De l'avis des analystes, les comptes trimestriels devraient confirmer l'honorable résistance de STMicro dans un marché toujours sous pression. "Les trois axes de la stratégie de STM - focalisation sur les produits différenciés, partenariats stratégiques, clients parmi les leaders du marché - alliés à la compétence de la société à gérer ses capacités de production ont permis à STM de surperformer le marché des semi-conducteurs", note Fideuram-Wargny. Un avis partagé par Stéphane Houri chez Fortis Securities qui, selon l'AFP, s'attend à ce que STMicro "résiste mieux que ses concurrents au ralentissement du marché". Cet analyste insiste notamment sur les partenariats solides avec des clients comme Nokia.Dès lors, les professionnels attendent des chiffres en progression. Par rapport à l'an passé qui avait été marqué par un effondrement du marché. Et surtout par rapport aux trois mois précédents, même si la hausse sera plus modérée. D'après le consensus Reuters, le résultat d'exploitation est attendu aux alentours de 163 millions de dollars, soit 11% de mieux qu'au deuxième trimestre. Le bénéfice net devrait quant à lui ressortir à 120 millions de dollars, contre 104,7 millions trois mois plus tôt (+11%). Cela donnerait un bénéfice par action (BPA) de 13 cents. Enfin, alors que le groupe avait, au cours de l'été, jugé optimiste la prévision de croissance de 6% avancée par les analystes, ces derniers n'attendent plus qu'une hausse de 3% du chiffre d'affaires trimestriel, à 1,578 milliard de dollars. La marge brute devrait de son côté rester stable, à 37,6%, comme l'a indiqué la société.S'il semble y avoir peu de surprises à attendre des résultats trimestriels, c'est donc bien du côté des perspectives que vont se tourner les observateurs. En particulier, quelques doutes subsistent pour le quatrième trimestre. "Normalement, ST bénéficie d'une saisonnalité positive sur cette période. Il faut savoir si ce sera encore le cas", résume un professionnel cité par Reuters. Certains se demandent par exemple si STMicro pourra afficher un taux d'utilisation de ses capacités proche de 85%, alors qu'il n'a pas pris de mesures franches pour réduire la voilure. Un chiffre inférieur à 80% décevrait les observateurs.L'année 2003 constitue aussi une incertitude. Car le marché des semi-conducteurs ne devrait pas rebondir de façon spectaculaire. Récemment, le CIC a ainsi ramené de 20 à 10% ses prévisions de croissance pour le marché l'an prochain. En outre, ce qui est vu comme une force par certains pourrait pour d'autres devenir une faiblesse. Tel est le cas du partenariat avec Nokia. Dans une note récente, JP Morgan considérait qu'une baisse de 10% du chiffre d'affaires du Finlandais entraînerait chez STMicro un recul de 2% des revenus et de 10% du résultat opérationnel.Toutefois, ces quelques éléments de doutes n'empêchent pas les bureaux d'analystes - comme Aurel-Leven ou SG Securities - de considérer que STM reste aussi pour les prochains mois le groupe le mieux positionné dans le secteur. C'est aussi l'opinion de Fideuram-Wargny, qui attend au quatrième trimestre un BPA de 20 cents pour un chiffre d'affaires de 1,83 milliard de dollars. Sur l'année, cela donnerait un chiffre d'affaires stable à 6,35 milliards de dollars et un BPA voisin de 50 cents.En Bourse, l'action lâche 5,97% à 17 euros en fin de journée et cède encore plus de la moitié de sa valeur sur l'année.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.