Forte baisse de la consommation des ménages

 |  | 321 mots
L'un des piliers de la croissance française depuis cinq ans, la consommation des ménages, est-il en train de se lézarder ? On peut se poser la question au regard du dernier indice de l'Insee sur la consommation des ménages en produits manufacturés, qui est en recul, pour mai, de 1,3% sur un mois. Le consensus se situait aux alentours de -0,4%.Certes, quelques éléments restent résistants, notamment les dépenses d'équipements du logement qui, après un recul de 1,3% en avril, progressent de 4,5% en mai, ce qui permet aux biens durables de voir leur consommation progresser encore de 1,1% en mai. Cette hausse ne compense cependant pas la forte chute de 2,3% de la consommation d'automobiles, mettant fin à deux mois consécutifs de hausse. La chute est en outre particulièrement sévère dans le secteur du textile-cuir : -7,8%. Un recul qui fait suite à trois mois consécutifs de hausse. Avec cette forte correction, la consommation est ramenée à son niveau de février dernier. Un recul qui ne doit pourtant pas inquiéter outre mesure. La consommation française est encore très élevée, elle se situe toujours 2% au-dessus de son niveau de mai 2001, ce qui la place largement au-dessus des autres pays européens, et les dépenses de bien durables atteignent des plus hauts historiques. La chute des dépenses dans le domaine du textile peut s'expliquer par les conditions climatiques. Pour Olivier Gasnier, économiste à la Société Générale interrogé par Reuters, "les hausses de ces derniers mois étaient injustifiées et cette hausse est en ligne avec les conditions économiques actuelles". Il s'agit désormais de voir, dans la durée, si cette correction à la baisse va se poursuivre, ce qui ferait alors peser une réelle menace sur la croissance hexagonale qui, jusqu'ici, était l'une des plus fortes de l'UE grâce, justement, à la consommation des ménages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :