Incursion du CAC 40 sous les 3.000 points

 |  | 433 mots
La chute des marchés ne semble plus avoir de limites. A Paris, le seuil psychologique des 3.000 points a été effacé vers 10 heures, avec la perspectives d'une ouverture en baisse à Wall Street. Puis le repli s'est accéléré et le CAC a perdu jusqu'à 5,59% à 2.898,60 points, son plus bas niveau depuis le 13 janvier 1998. Ce n'est qu'en toute fin de séance, à la faveur d'indices américains passés dans le vert, que la place parisienne a pu réduire ses pertes, permettant au CAC 40 de terminer au dessus des 3.000 points à 3.023,69 points (-1,51%).Le constat est le même sur les autres places du Vieux continent. Les grands indices ont décroché avant se reprendre légèrement en fin de journée. Ainsi, à l'heure de la clôture de Paris, le Dax lâche encore 0,51%, l'AEX 3,71% et le FTSE 2,47%.Les opérateurs restent très fébriles et regardent avec angoisse la situation américaine. Rien ne semble en effet rassurer des marchés qui sont désormais hantés par le spectre des faillites frauduleuses de type WorldCom. Et les résultats plutôt décevants des grandes sociétés américaines, publiés mardi, ont confirmé que les difficultés financières des entreprises étaient loin d'être terminées. En Europe, ce sont plus particulièrement les valeurs financières qui sont touchées par la défiance des marchés. D'abord les assureurs. Après les pertes enregistrées sur des obligations WorldCom par Aegon et Prudential (lire ci-contre), les investisseurs se méfient des compagnies comme Axa, qui est la plus forte baisse du CAC avec une chute de 11,45% à 9,90 euros. AGF s'en sort un peu mieux. Ses pertes en clôture se limitent à 0,66% (33,29 euros), alors qu'elle a cédé plus de 10% en séance.Mais, les banques ne sont pas en reste. Après l'annonce des implications de Citigroup et JP Morgan dans l'affaire WorldCom, le secteur a été très attaqué (lire ci-contre). A Paris, l'avertissement sur bénéfice du Crédit Agricole (-4,57% à 17,75 euros) a également pesé sur le secteur. En clôture, le titre Société Générale recule encore de 0,66%, celui de Dexia de 3,15% et celui du Crédit Lyonnais de 2,76%. BNP est quant à lui parvenu à passer dans le vert en toute fin de journée et gagne 0,23%.A noter également que les déclarations de Jean-René Fourtou sur Canal Plus et Vivendi n'ont pas rassuré les marchés puisque l'action VU recule de 6,54% et le titre Vivendi Environnement dévisse de 10,1% sur des rumeurs de placements de la maison-mère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :