Faurecia revient très légèrement dans le vert

 |  | 381 mots
Faurecia est très légèrement repassé dans le vert au cours du premier semestre 2002. Avec un bénéfice net de 600.000 euros, l'équipementier automobile efface le très mauvais semestre précédent où il avait dû accuser une perte de 59 millions d'euros. Néanmoins, sur un an, le recul du bénéfice net est de 91% puisqu'il était de 7 millions d'euros au premier semestre 2001.La filiale de PSA a été particulièrement à la peine dans sa division "systèmes d'échappement". La baisse du cours des métaux précieux utilisés dans les catalyseurs d'échappement a en effet amené une baisse des prix et un effondrement du chiffre d'affaires de la division de 21,6% par rapport au premier semestre 2001. C'est l'impact de cette baisse qui a principalement contribué au recul du chiffre d'affaire de 2% du groupe sur la première moitié de l'année à 4,958 milliards d'euros. Hors ventes de catalyseurs, le chiffre d'affaires du groupe progresse de 4% à taux de change constant, notamment grâce à la bonne performance de la division "siège automobile". Le chiffre d'affaires de cette production est en hausse de 7,3% en raison du "fort développement des ventes avec le groupe General Motors", souligne le communiqué de Faurecia. Finalement, dans un contexte difficile, Faurecia a réussi à plutôt bien résister. La baisse des ventes en Europe a en effet amené les constructeurs à renforcer leurs pressions sur les équipementiers afin de réduire les coûts. Il fallait donc pour ces derniers à la fois améliorer leur compétitivité et faire face à un recul de la demande. Dans ces conditions, le résultat opérationnel de Faurecia au premier semestre marque une bonne performance. Il est certes en recul de 16% par rapport au premier semestre 2001, mais il est en progression de 22% par rapport au second semestre 2001. Cette résistance s'expliquerait notamment par la baisse des "coûts de démarrage" des nouveaux produits. Des coûts qui restent néanmoins élevés.Pour le reste de l'année, l'équipementier table sur un nouveau recul de la demande automobile. Il prévoit une baisse de 2 à 3% de la production, mais vise un chiffre d'affaires en hausse de 5%. Le groupe ne se fixe pas d'objectifs de profits. L'action a gagné 0,68% à 37,15 euros en clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :