La déprime des industriels français se poursuit

 |   |  243  mots
L'été aura été fatal au moral des industriels français. Alors que de janvier à mai, l'indicateur synthétique du climat des affaires se redressait régulièrement, le mois de juin a symbolisé la rechute. Et depuis, la dégradation est continue. En septembre, cet indicateur, établi par l'Insee, s'est à nouveau effrité, tombant à 96 après 98 en juillet. Ce léger repli est surtout inquiétant pour ce qu'il laisse entendre de l'avenir. En effet, parmi les composantes de cet indice, celles concernant les perspectives personnelles et générales de production restent orientées "très défavorablement", comme le soulignent les experts de l'Insee. Quant aux stocks, ils continuent de s'alourdir.Dans un contexte où les facteurs de risques pesant sur la croissance demeurent forts (marasme boursier, hausse du chômage, risque de conflit au Proche-Orient), les industriels ne semblent guère décidés à augmenter leur activité. La probabilité d'une dégradation à venir de la conjoncture est donc forte. Quel que soit le secteur, à l'exception des chefs d'entreprise de la branche automobile, aucun industriel ne parie sur une amélioration à court terme de son activité.La seule véritable bonne nouvelle de cette enquête est à chercher dans les prix qui devraient, selon l'opinion des industriels, être orientés à la baisse. Cette pression sur les prix permettra peut être de soutenir la consommation des ménages, qui résiste pour l'instant assez bien à la détérioration de la conjoncture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :