Jospin promet 900.000 chômeurs de moins en cinq ans

 |  | 804 mots
Lecture 4 min.
Une semaine après la présentation de son principal concurrent, Jacques Chirac, le Premier ministre candidat Lionel Jospin présentait ce matin depuis son "atelier de campagne" son programme électoral. Un programme qui, selon le candidat lui-même, n'est pas "un programme de gouvernement". Il s'agit de prendre des "engagements" pour l'ensemble des cinq années du futur quinquennat. Le gouvernement issu des élections législatives devra en assurer les modalités et "fixer le rythme des réformes".Selon Lionel Jospin, qui s'est par deux fois réaffirmé "socialiste" (terme qu'il avait refusé d'utiliser au début de sa campagne), ces engagements s'appuient sur "une méthode, celle de la démocratie sociale et économique". Sur le plan économique, le candidat du Parti socialiste estime que la croissance "se construit par des choix nationaux". Ces choix s'appuieraient sur un "équilibre" entre la maîtrise des dépenses publiques, la réduction des déficits et la réforme fiscale. Sur ce dernier plan, Lionel Jospin entend à la fois respecter les engagements européens de la France et réaliser des baisses d'impôts. Partant de l'hypothèse d'une croissance annuelle de 3% lors du quinquennat, il considère que le gouvernement peut disposer de 26 milliards d'euros de marge de manoeuvre, dont 18 milliards pour les baisses d'impôts. Dès lors, Lionel Jospin estime que la proposition de Jacques Chirac de réduire l'impôt sur le revenu de 30 milliards d'euros ne permet pas à la France de respecter l'objectif européen d'un équilibre des comptes publics en 2004.La politique fiscale proposée par Lionel Jospin se démarque également de celle de son principal concurrent en s'axant sur une réduction de moitié de la taxe d'habitation, considérée comme "l'impôt le plus injuste". L'impôt sur le revenu devrait baisser de 10%. Une baisse financée principalement par le relèvement d'autres taxes comme celle sur les plus-values sur titres. Par ailleurs, le candidat socialiste préconise un élargissement de la prime pour l'emploi. Lionel Jospin a également évoqué la retenue à la source de l'impôt sur le revenu. Une décision qui ne pourra cependant être prise qu'au terme d'un processus de concertation: un Livre Blanc et un débat auront lieu avant toute décision.L'objectif de cette politique économique sera d'abord la lutte contre l'exclusion. Le candidat socialiste veut réduire le nombre de chômeurs de 900.000 d'ici à 2007. Sur ce nombre, 200.000 emplois devraient être réservés aux plus de 50 ans, actuellement "injustement exclus" du marché du travail.Lionel Jospin a indiqué, par ailleurs, qu'il créerait une "couverture logement universelle" qui permettrait de supprimer les sans-abri à l'horizon 2007. Cet objectif "zéro SDF en 2007" reposerait sur une délégation de son organisation aux ONG avec le soutien gouvernemental.Concernant la politique européenne, Lionel Jospin considère que la croissance et le plein-emploi doivent être soutenus par un "gouvernement économique européen". Prenant ses décisions à la majorité qualifiée, ce nouveau gouvernement devrait être un "contrepoids" à la Banque centrale européenne.Sur le plan social, Lionel Jospin entend développer la "démocratie d'entreprise" en faisant participer les représentants des salariés aux conseils de surveillance des entreprises. Surtout, il entend "développer le contrat plutôt que la loi" en développant les négociations pour chacune des grandes réformes du quinquennat. Selon lui, ce sont ces négociations qui permettront de définir le détail des engagements du candidat. Ainsi, Lionel Jospin a affirmé vouloir garantir la retraite par répartition, mais il a annoncé vouloir lancer une négociation et des consultations pour la "sécuriser". Cette négociation donnera lieu à une décision "avant juin 2003".Pour "favoriser la dynamique de l'économie française et permettre une meilleure égalité des chances", Lionel Jospin a, par ailleurs, proposé un projet de "compte formation personnelle" qui permettrait d'offrir aux personnes ayant quitté leurs études tôt des formations complémentaires. Il s'agira également de favoriser une meilleure prise en compte des expériences acquises.Enfin, sur le plan international, Lionel Jospin propose de relancer le dialogue social à l'échelle européenne. La France devra également, selon lui, prendre la tête de la lutte contre les inégalités internationales en annulant la dette des pays les plus pauvres, en augmentant l'aide publique au développement et en proposant un emprunt pour le dynamisme du Bassin méditerranéen. Enfin, pour lutter contre le blanchiment de l'argent sale, Lionel Jospin propose un "conseil de sécurité économique et sociale" sous l'égide de l'ONU.Pour Lionel Jospin, cette présentation a été l'occasion de se démarquer du Président de la République en insistant à la fois sur le "réalisme" de son programme et sur son orientation sociale.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :