La CDC attend des résultats en progression pour 2002

 |  | 566 mots
Lecture 3 min.
2001 a été une année mouvementée pour la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Après la filialisation en début d'année de son activité de banque d'investissement CDC-Ixis, le groupe public s'est allié aux Caisses d'Epargne, avec la création d'une société financière commune, Eulia.Ces différentes opérations ont amené un retraitement comptable de l'année 2000 et le versement d'un montant exceptionnel de 457 millions d'euros à l'Etat. C'est ce qui explique les différences notables qui existent entre le résultat net et le résultat net hors exceptionnel pour 2001. Ainsi, alors que le premier montre une baisse de 30,4% par rapport à 2000, à 1,357 milliard d'euros, le second progresse de 5%. Le produit net bancaire de la CDC est, lui, en hausse de 11% sur un an. Une progression enregistrée malgré la mauvaise santé des marchés financiers, et qui s'explique, selon la Caisse, par la bonne performance des différents métiers du groupe et par l'intégration de NVest, un gestionnaire de fonds nord-américain racheté à la fin de l'année 2000 par la CDC. Le groupe CDC comprend un établissement public chargé des missions classiques d'intérêt général de la Caisse et des filiales de droit privé ayant des activités concurrentielles. La contribution de ces dernières dans le résultat net du groupe (hors exceptionnels) est en hausse de 8,5%. Le résultat net de ces filiales représente désormais 53% du résultat net du groupe. La filiale la plus importante est CDC-Ixis, la banque d'investissement et de financement du groupe. Avec un résultat net de 378 millions d'euros, CDC-Ixis contribue à 28% du bénéfice du groupe. Ce chiffre est néanmoins en baisse de 2,8% par rapport à 2000 en raison de la mauvaise performance des marchés financiers. La CDC estime cependant que CDC-Ixis, filiale créée le 1er janvier 2001, a "bien résisté" pour sa première année d'existence.La filiale Assurance de la CDC, la CNP, affiche un résultat net en hausse de 12% à 528 millions d'euros à périmètre constant. La contribution de la CNP au résultat net du groupe a progressé de 8% (à périmètre constant), à 212 millions d'euros.Enfin, C3D, la filiale spécialisée dans l'ingénierie et les services pour le développement des territoires, a vu sa contribution au résultat net du groupe progresser de 35% à 75 millions d'euros. Cette filiale est une des plus rentables du groupe avec un retour sur investissement de 13,1% en 2001, contre 8,7% en 2000.L'établissement public voit sa contribution au résultat net progresser de 3,9% en 2001, à 634 millions d'euros. Une progression due surtout à la sortie du périmètre de la CDC de la Direction des activités bancaires et financières, qui permet une chute de 13% de ses frais généraux.Pour 2002, le groupe CDC indique qu'il poursuivra "la mise en oeuvre de son projet stratégique". Un projet qui comprend le démarrage opérationnel de la gestion du Fonds de réserve des retraites, mais aussi la mise en place de meilleures synergies avec d'autres établissements publics, à l'image de la création d'Eulia cette année avec les Caisses d'Epargne. Enfin, la CDC entend continuer le développement international de ses filiales concurrentielles. En termes de résultats, le groupe s'attend à une "nouvelle progression de ses résultats récurrents et de la rentabilité de ses principaux métiers".latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :