Léger recul des commandes industrielles aux Etats-Unis

 |  | 355 mots
Lecture 2 min.
L'économie américaine nous avait habitué depuis un mois à faire nettement mieux que ne le prévoyaient les économistes. La baisse des commandes à l'industrie pour février (-0,1%) est donc une première déception. D'autant que le département du Commerce a révisé à la baisse le chiffre de janvier qui passe de +1,6% à +1,1%. Le consensus des économistes interrogés par Reuters prévoyait une hausse de 1% de ces commandes.Si on exclut le secteur de la défense, la baisse des commandes est encore plus sensible puisqu'elle atteint 1,2% (contre une hausse de 1,2% en janvier). Ce sont principalement les commandes de biens non durables et d'informatique qui tirent l'indice vers le bas, avec des reculs respectifs de 2,4% et 3,1%. En revanche, les commandes de biens durables (+1,8%), d'équipements électriques (+5,5%) et d'équipements de transport (+10%) continuent de progresser.Ce chiffre montre que l'industrie américaine n'est donc pas encore entièrement sortie du ralentissement. En dépit de la forte progression de la consommation et du bon moral des ménages et de la consommation, l'investissement reste en panne. Certains secteurs de l'économie, comme l'informatique, ne profitent pas encore de la reprise.En bref, ce chiffre fait l'effet d'une douche froide après un mois d'euphorie. Les stocks de l'industrie américaine ont baissé pour le treizième mois consécutif (-0,4% en janvier), ce qui soutient la production et la croissance. Mais cette baisse des stocks ne paraît pas suffisante pour maintenir la croissance à long terme, si les commandes ne prennent pas le relais. Dans ces conditions, un relèvement des taux en juin comme l'envisagent les marchés peut paraître un peu précipité. La Fed pourrait attendre une relance des commandes à l'industrie et de l'investissement pour modifier sa politique de taux.En attendant, ce mauvais chiffre, s'il ne porte pas à conséquence dans l'immédiat, semble laisser la dernière prévision de Merrill Lynch (+4,8% de croissance en rythme annuel au quatrième trimestre) très incertaine. A New York, les marchés ont mal réagi. Le Dow Jones perdait 0,53% à 16h45, tandis que le Nasdaq reculait de 2,09%.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :