Stabilisation du moral des ménages en mars

 |  | 407 mots
Lecture 2 min.
Après le moral des industriels la semaine dernière, l'Insee publie ce matin son enquête mensuelle sur le moral des ménages en mars 2002. L'indicateur résumé montre une stabilité par rapport à février 2002, mais il reste négatif à -15 et demeure à son niveau le plus bas depuis un an.Cette stabilisation intervient cependant après deux mois de baisse et prouve que les ménages, comme les industriels la semaine passée, font preuve de prudence face aux signes d'amélioration de la conjoncture. Ils attendent des confirmations dans les mois qui viennent avant de retrouver le moral.Les ménages français ont surtout remarqué une dégradation de leur situation passée. L'indicateur de la situation financière passée perd ainsi un point (de -7 à -8) et celui du niveau de vie passé perd deux points (de -34 en février à -36 en mars). Dans ces conditions, les ménages ne considèrent pas qu'il est à nouveau temps de consommer, ainsi que le montre le solde de l'opportunité d'acheter qui se dégrade d'un point (de -12 à -13).D'autant que les ménages restent inquiets devant certaines perspectives. L'indicateur des perspectives d'évolution du chômage se dégrade en passant de 65 en février à 54 en mars. Si les ménages croient de moins en moins à une amélioration du marché de l'emploi, ils redoutent de plus en plus une hausse future des prix. En mars, l'indicateur de perspectives des prix passe ainsi en un mois de -43 à -47.Malgré tout, les ménages français envisagent l'avenir de façon plus favorable. Le solde des perspectives personnelles d'évolution financière reste stable, mais positif à 2. De même, l'indicateur de perspectives d'évolution du niveau de vie se redresse légèrement (-21 en mars, contre -23 en février), même si les pessimistes l'emportent encore sur les optimistes.Cette enquête de l'Insee prouve que le moral des Français est loin d'être reparti à la hausse. Si le rebond de l'économie ne se confirme pas, les ménages pourraient être tentés de limiter leur consommation, ainsi que le prouve la hausse de l'indicateur de capacité future à épargner qui gagne 6 points (de -16 en février à -10 en mars). Un retour sur l'épargne en France, alors que le taux d'épargne est déjà très important, risquerait alors de freiner la reprise.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :