L'industrie américaine toujours bien portante en juin

L'industrie américaine est en pleine phase de croissance. Si les autres secteurs de l'économie (consommation, services, etc.) semblent marquer le pas, la production industrielle, elle, a progressé de 0,8% en juin sur un mois. Le consensus des analystes ne se situait qu'à +0,4%. Sur un an, la production industrielle repasse dans le vert et progresse désormais de 0,2%. Elle n'a cessé, en fait, de prendre de l'ampleur au second trimestre 2002, progressant sur l'ensemble du trimestre de 4,6% par rapport au même trimestre de 2001. Il s'agit donc d'un bon chiffre. D'autant qu'il n'est pas dopé, comme cela a pu être le cas précédemment, par la production énergétique et agro-alimentaire. La production manufacturière, qui exclut ces deux secteurs, progresse en effet de 0,7% sur un mois. De même, les commandes de défense du gouvernement n'ont joué qu'un rôle marginal en juin en n'augmentant que de 0,6%.En conséquence de cette progression de la production, les Etats-Unis ont mieux utilisé leurs capacités industrielles. En juin, leur taux d'utilisation est de 76,1% contre 75,6% en mai. Une bonne nouvelle qui devrait amener les entreprises, si la tendance se poursuit, à entamer de nouveau une phase d'investissement afin d'éviter la sous-capacité. C'est notamment le cas dans le secteur automobile où 80,7% des capacités industrielles sont d'ores et déjà utilisées. En juin, le moteur de la progression industrielle a été la production de biens de consommation, et notamment d'automobiles. Une hausse qui s'explique par la reprise de la consommation constatée la semaine dernière avec la hausse des ventes de détail (lire ci-contre). La production d'automobiles a ainsi grimpé de 2,6% le mois dernier après une stagnation en mai (+0,1%). En tout, la production de l'ensemble des biens de consommation s'élève à 0,8% en juin. En revanche, la production de biens d'équipement est moins réjouissante. La hausse de 0,2% (contre 0,1% en mai) montre que la reprise de l'investissement, si elle est réelle, reste limitée et fragile. A noter cependant que la demande de produits de haute technologie confirme sa nette remontée avec une production en hausse de 1,7%, grâce notamment à la bonne tenue des semi-conducteurs (+2,4%). Néanmoins, comme dans tous les autres secteurs liés à l'investissement, la hausse de juin est inférieure à celle de mai pour les semi-conducteurs (2,4% contre 4,4% en mai) et pour l'ensemble des produits high-tech (1,7% contre 2,6% en mai).En bref, ce chiffre, même s'il paraît bon, n'est pas exempt d'incertitudes, comme toutes les statistiques publiées ces dernières semaines. Cette accélération semble en effet très liée au rebond de la consommation dont on ne sait s'il sera durable. Et il semble en revanche que la crise boursière et les incertitudes concernant la consommation aient amené les entreprises américaines à rester très prudentes sur le plan de l'investissement. Or, la reprise de la demande des entreprises est cruciale pour la croissance.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.