Le gouvernement japonais retrouve l'optimisme

Le Japon a-t-il atteint le creux de la vague ? L'hypothèse semble de plus en plus probable. Hier, pour la première fois depuis le mois de juin 2001, le gouvernement japonais a confirmé une amélioration de l'environnement économique de l'Empire du soleil levant.Le Japon a connu une année 2001 cauchemardesque, avec, pour la première fois depuis 1993, trois trimestres consécutifs de baisse de son PIB (lire ci-contre). Pendant huit mois, le gouvernement a annoncé que son économie "se détériorait". Ce terme a enfin disparu hier soir du discours officiel.Au contraire, le gouvernement note maintenant qu'on peut "constater des signes de rebond dans certains secteurs", tels que les exportations, la production industrielle et la consommation des ménages. Le faible niveau des stocks est également un élément clé pour une éventuelle reprise japonaise. Pourtant, ce rebond ne pourra être, dans un premier temps, que modeste et limité, car la situation de l'économie reste, selon le gouvernement, "difficile". Hier, deux indicateurs sont venus confirmer cette faiblesse. Le nombre de faillites a progressé en février de 18,2% sur un an. Les 1.712 dépôts de bilan du mois dernier constituent un niveau jamais vu au Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Parallèlement, les exportations ont baissé pour le dixième mois consécutif en janvier (-2,9%).En fait, les Japonais comptent surtout sur la reprise de l'économie américaine pour faire repartir la machine. Un redémarrage aux Etats-Unis pourrait en effet faire progresser la demande industrielle au Japon, notamment dans le secteur technologique. Une progression qui devrait alors entraîner dans son sillage le reste de l'économie.Les éléments en provenance des Etats-Unis qui confortent l'idée d'une reprise "douce" de l'économie américaine au cours du second trimestre 2002, comme les déclarations d'Alan Greenspan et les bons indices de la semaine passée, ont renforcé le scénario, soutenu par de nombreux économistes, d'une économie japonaise ayant touché le fond fin 2001.Il est aujourd'hui impossible de déterminer la vitesse et la force de ce rebond, mais si on recoupe ces déclarations japonaises avec celles des ministres français et allemand hier sur la croissance européenne, on peut espérer voir les trois principaux pôles économiques mondiaux retrouver le chemin de la croissance à la fin de 2002.En tout état de cause, ces déclarations gouvernementales ont redonné le sourire aux investisseurs japonais. Après quatre jours de baisse, le Nikkei 250 a clôturé, jeudi matin, à 11.568,82 points, en hausse de 1,35%.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.