Bonne tenue des services aux Etats-Unis en mars

Après la belle remontée de plus de 9 points le mois denier, l'indice ISM (ex-Napm) non manufacturier de l'association des directeurs d'achat, qui mesure l'activité dans les services, se stabilise. L'indice recule ainsi de 1,4 point en mars par rapport à février et se situe à 57,3. Le consensus des analystes interrogés par Reuters se situait à 57.Cette baisse attendue n'est donc pas inquiétante. Comme le note Ralph G. Kaufman de l'ISM, "l'activité est aussi importante en mars qu'elle l'était en février". L'indice se situe bien au-delà des niveaux de la fin de l'année 2001 où l'indice se stabilisait autour de 50.Cet indice ISM des services montre donc une nouvelle expansion des services aux Etats-Unis en mars, la plus forte depuis 16 mois si on exclut celle du mois précédent, prouvant une nouvelle fois que la reprise est bien engagée outre-Atlantique pour le premier trimestre de l'année.Dans le détail, on remarque que les nouvelles commandes continuent d'être plus importantes en mars, mais elles croissent à un rythme moins soutenu qu'en février (l'indice des nouvelles commandes se situe à 54,9 le mois dernier contre 57,3 en février), en raison d'une baisse des commandes à l'exportation. "La vigueur de la demande interne n'est donc pas remise en cause", considère donc Marc Touati, économiste chez Natexis Banques Populaires.A la différence du mois dernier, les entreprises de services ont modifié leur sentiment sur l'emploi. Les entreprises qui pensent recruter sont plus nombreuses en mars que le mois précédent (11% contre 7%). Il n'en reste pas moins que 18% des entreprises envisagent encore de réduire leur personnel en mars (contre 24% en février). L'indice sur les perspectives d'emploi reste donc négatif, mais passe de 43,6 à 45,5. Une évolution qui permet d'espérer une amélioration sur le front de l'emploi et, donc, un renforcement de la consommation.Le plus inquiétant est l'indice des prix. Celui-ci indiquait une stabilité des prix pour les entreprises en février (50). En mars, cet indice progresse de 3 points à 53. A titre de comparaison, il était à 38 en décembre 2001. Une progression des prix surtout sensible dans l'administration publique, la construction et l'immobilier. A l'inverse, les transports ont vu leurs prix chuter. Il est donc difficile de prétendre que cette hausse est liée au relèvement du prix du pétrole. Ce niveau des prix correspond, selon Marc Touati, "à un taux d'inflation modéré"Les services, qui représentent la plus grande partie de l'activité économique américaine, ont donc encore une bonne marge de croissance. Une progression de l'activité qui devrait finir par créer des emplois. Mais la stabilité des stocks ce mois-ci (après une progression de 1,5 point en février) et le sentiment que le niveau des stocks est encore trop important pour les mois qui viennent (sentiment partagé en mars par 35% des entreprises, contre 36% en février) montre que la croissance repose encore sur le déstockage. Tant que ce phénomène ne sera achevé, il sera impossible de parler d'une reprise durable aux Etats-Unis.Après le chiffre médiocre des commandes à l'industrie, hier, les marchés, eux, semblent mal accueillir des chiffres moins enthousiasmants que ceux du mois dernier. A 18h30, le Dow Jones et le Nasdaq reculaient de 0,71%.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.